“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

INTERVIEW. Katherine Kelly Lang de la série "Amour, gloire et beauté": "Au début, nous avions signé pour quatre ans!"

Mis à jour le 04/10/2018 à 16:43 Publié le 05/10/2018 à 09:00
Katherine Kelly Lang est l'un des personnages principaux de la série "Amour, gloire et beauté" depuis plus de 30 ans !

Katherine Kelly Lang est l'un des personnages principaux de la série "Amour, gloire et beauté" depuis plus de 30 ans ! Photo Franck Leclerc

INTERVIEW. Katherine Kelly Lang de la série "Amour, gloire et beauté": "Au début, nous avions signé pour quatre ans!"

Trente ans! Trente ans qu'elle campe le personnage de Brooke Logan Forrester dans la série "Amour, gloire et beauté". Chaque épisode est suivi par 36 millions de fidèles. Ce qui fait de Katherine Kelly Lang une véritable icône dans le monde de la télévision. Elle est à la une de notre magazine Week-End ce vendredi.

Son grand-père a marqué l'histoire du cinéma. Récompensé par l'Oscar de la meilleure photographie pour L'Adieu aux armes en 1934, Charles Lang a filmé Marilyn Monroe, Audrey Hepburn, Natalie Wood, Gary Cooper, Cary Grant ou Kirk Douglas. Katherine, pour sa part, se satisfait du petit écran.
Elle y occupe le premier rôle dans l'une des séries télévisées les plus anciennes encore en production. Amour, gloire et beauté repose en grande partie sur son personnage, Brooke Logan.
A la ville, si l'on peut dire, Katherine est plus portée sur la nature et sur le sport. Qu'elle pratique à haut niveau, adepte du triathlon et de l'équitation.
Rencontre au Festival de télévision de Monte-Carlo.

Êtes-vous une habituée de ce festival?
Nous y avions déjà reçu à douze reprises le prix de la série télévisée la plus regardée dans le monde.
Notre treizième récompense pour la meilleure audience nous a été décernée cette année, je suis venue la recevoir avec mon partenaire Thorsten Kaye.

Trente ans. À peine imaginable?
C'est incroyable. Énorme!
Au début, nous ne savions même pas si le public suivrait.
On espérait juste que la série durerait un tout petit peu, d'ailleurs nous avions tous signé un contrat pour quatre ans.
Et c'est allé si vite…

La série pourrait ne jamais s'arrêter?
Pourquoi pas?
Elle a encore tellement de succès.
Une centaine de pays, 36 millions de téléspectateurs tous les jours: c'est fou!

"Dans ce métier, on ne peut pas se laisser aller à la paresse"

Qu'est-ce qui explique ce succès, selon vous?
Le fait, je crois, que l'action se déroule à Hollywood, Beverly Hills, Melville…
Dans de vrais lieux, et non pas seulement dans des décors artificiels.
Par exemple, dès les premières images, la grande maison que l'on voit sur la plage est celle de Brad Bell, notre producteur.
Mais on joue aussi en ville, à Los Angeles ou dans des paysages naturels splendides.
La mode aussi a une grande place, et bien sûr l'histoire.

Après tout ce temps, comment échapper à la lassitude ou même à l'ennui?
Parfois, quand l'histoire piétine ou se répète, on se dit: "Oh, mon Dieu, passons à autre chose!"
Mais ça fait partie du job.
C'est à nous de trouver ce qui va rendre le travail intéressant pour soi-même et pour le public.
Dans ce métier, on ne peut pas se laisser aller à la paresse.
Il faut essayer des trucs, garder une fraîcheur.

Qu'avez-vous de Brooke? Que lui insufflez-vous qui vous appartienne?
Nous avons toutes les deux un grand cœur.
Et nous aimons les enfants.
Je ne crois pas que je sois tout à fait comme Brooke Logan qui fait des choix… disons intéressants.
Mais quand on joue un personnage, bien sûr que l'on y met beaucoup de soi.

Comment avez-vous vécu le départ de Ronn Moss, votre partenaire pendant près de trente ans?
Un divorce?
C'est dur, de travailler si étroitement avec quelqu'un et de le voir partir.
C'était la même chose lorsque Susan Flannery a quitté la série.
Dans les deux cas, ce sont des acteurs que j'aime et que j'admire.
Je les considère quasiment comme des membres de ma famille.
En plus, je savais très bien que je ne les verrais plus beaucoup, compte tenu de l'agenda de chacun.
Mais j’'ai dîné récemment avec Ronn et son épouse, nous sommes toujours en contact.

Katherine Kelly Lang est une habituée de la Côte d'Azur, notamment du festival de télévision de Monte-Carlo.
Katherine Kelly Lang est une habituée de la Côte d'Azur, notamment du festival de télévision de Monte-Carlo. Photo Franck Leclerc

Quel est le rythme de travail lorsque vous êtes en tournage?
On tourne trois semaines par mois.
Soit une semaine "off", ce qui est génial car je dois m'occuper de mes autres business: caftans (tuniques orientales), bijoux et maillots de bain.
J'ai aussi lancé un site de vente en ligne de tout l'équipement pour le triathlon.
Je voyage énormément pour mes affaires car les caftans viennent d'Australie tandis que la plupart des vêtements techniques pour le sport sont produits en Italie.

Tournez-vous trois semaines par mois, toute l'année?
Nous avons trois semaines de vacances en juillet, trois semaines à Noël et trois semaines à Pâques.
Ce qui nous laisse tout de même du temps pour profiter de la vie.
Mais quand on travaille, le rythme est vraiment très intense.
La diffusion étant quotidienne, il faut boucler deux épisodes tous les jours.

Quand apprenez-vous votre texte?
La veille. Le script nous est communiqué une semaine à l'avance.
Je le regarde rapidement, sans l'étudier, histoire de ne pas trop m'embrouiller.
La veille, c'est parfait, même si, de temps en temps, il y a beaucoup plus à faire car on doit mettre en boîte trois, voire quatre épisodes.
Mon record: quatre-vingt-dix pages en une seule journée!
Alors je préfère progresser à mon rythme, étape après étape.

"Les téléspectateurs me rappellent sans arrêt qu'il m'est arrivé ceci ou cela, dans la série"

À quoi faut-il s'attendre dans les prochaines semaines?
Je crois que vous avez en France un décalage d'un an, par rapport à la diffusion aux États-Unis.
Je ne sais pas trop où vous en êtes.
Ce que je peux vous dire, c'est que je me marie.
Et que nos relations avec Ridge sont perturbées par nos enfants.
Il se bat pour sa fille et moi pour la mienne.
Tout ceci a une incidence sur notre couple.
Ce sont des choses qui arrivent dans la vraie vie.

Ne vous étiez-vous jamais mariée dans Amour, gloire et beauté?
Oh, si. Je crois bien que j'ai déjà été mariée dix fois, ou quelque chose comme ça.
Et toujours au même homme!
Nous avons eu tellement d'histoires, depuis le début de la série…

Les téléspectateurs oublieraient-ils, d'une fois sur l'autre?
Moi, j'oublie. Eux, non!
Ils me rappellent sans arrêt qu'il m'est arrivé ceci ou cela, à tel moment de la série.
Alors que moi, je ne m'en souviens pas.
Ça fait si longtemps!
Les mariages, les divorces, les affaires de famille et toutes ces choses-là, elles se présentent, je les traverse et on avance.

"J'ai disputé il y a quelques années l'Ironman de Kona, à Hawaii"

Vous avez déjà tourné sur la Côte d"Azur. Est-ce le cas cette année?
L'année dernière, nous avions filmé un défilé de mode.
Une autre fois, mes fiançailles sur un yacht, au large de Monaco.
Cette année, malheureusement, on ne tourne pas dans la région.
Mais nous nous déplaçons régulièrement à l'étranger, que ce soit à Dubaï, au lac de Côme ou en Australie.

Une autre méga-série, Les Feux de l'amour, a débuté en 1973. Et vous y avez tenu un rôle!
J'ai joué le rôle d'une étudiante, mais juste le temps d’un été.
Je n'avais que dix-huit ans.

Comment vivez-vous votre notoriété?
C'est magnifique, de savoir que des millions de gens de par le monde regardent la série et connaissent mon personnage.
Amour, gloire et beauté m'a ouvert des possibilités extraordinaires.
Ce que j'aime moins, c'est le regard sur ma vie privée.
Par chance, à Los Angeles, tout le monde est dans ce milieu et personne n'y prête tellement attention.
C'est plus compliqué à l'étranger: ce show est si populaire.

Le sport occupe une grande place dans votre vie. À quel point?
J'ai disputé il y a quelques années l'Ironman de Kona, à Hawaii.
La plus grande course à laquelle j'aie jamais participé.
J'ai fait aussi le "Half Ironman" du Tennessee l'an dernier, j'en ferai un autre en septembre, en Afrique du Sud.
Cette formule me convient mieux.
Un Ironman complet, c'est 3,8 kilomètres de natation, 180 kilomètres de vélo et un marathon, soit 42 kilomètres de course à pied.
Mon emploi du temps ne me permet plus d’avoir une bonne préparation.

Que vous apportent ces défis?
Le sport me donne de la motivation, du courage et un but.
J'adore l'idée de travailler pour atteindre un objectif.
Mon père a été champion olympique de ski, ma mère championne olympique de natation: j'ai grandi dans un environnement familial extrêmement compétitif.
J'ai aussi pratiqué longtemps l'équitation.
J'ai fait énormément de courses d'endurance. Sur des distances de 90 à 180 kilomètres.
Les chevaux, c’est mon autre passion.

Amour, gloire et beauté.
Du lundi au vendredi, à 9h35, sur France 2.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct