“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Soutenez l’info locale et Monaco-Matin > Abonnez-vous

Drôle, déjantée, trash... la série "Malcom" n'a pas pris une ride!

Mis à jour le 24/03/2020 à 11:31 Publié le 24/03/2020 à 12:30
Près de 15 ans après sa sortie, le thème principal de la série est toujours d’actualité: la différence, notamment au moment de l’adolescence...

Près de 15 ans après sa sortie, le thème principal de la série est toujours d’actualité: la différence, notamment au moment de l’adolescence... Photo Production

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Drôle, déjantée, trash... la série "Malcom" n'a pas pris une ride!

Entre 2001 et 2006, la série qui nous plongeait dans la famille de Malcolm a fait rire petits et grands.

Il y a des séries qui vieillissent très mal (coucou 24 avec Jack Bauer) mais d’autres se bonifient avec le temps, et c’est le cas de Malcolm.

Diffusée entre 2001 et 2006, la série raconte le quotidien de la famille de Malcolm articulée autour de ce petit garçon doté d’un QI de 165 qui s’ennuie dans sa classe... de surdoués.

A ses côtés, des parents dont le génial Bryan Cranston qui crèvera l’écran plus tard dans Breaking Bad mais surtout une fratrie déjantée: l’aîné Francis, le second Reese et l’immense Dewey, le petit dernier au début de la série (Jamie arrivera lors de la quatrième saison).

Malcolm est donc coincé entre un petit frère et un grand frère quand son troisième frangin est à l’armée.

Pis, il est couvé par une mère atypique, Loïs, au strabisme léger et coquet mais dont certaines habitudes peuvent surprendre, comme celle de ranger sa lessive... topless. Le seul personnage féminin de la famille n’est pas loin d’être le mieux écrit.

Irrévérencieux et un peu trash

Malcolm brille par son côté irrévérencieux et un peu trash. On est quand même au beau milieu d’une famille de trois garçons tous aussi insolents les uns que les autres.

Une insolence en guise de "Je t’aime" car c’est bien connu, les garçons se cachent pour pleurer. Malcolm est une série parfois trash, façon Jackass, mais c’est avant tout une série sur l’enfance.

Bizarrement, c’est sans doute le personnage de Malcolm qui est le moins "attachant" car tous les seconds rôles se bonifient au fil des saisons, surtout Loïs, la mère, qui est seule dans cet univers de mâles aussi loufoques qu’ingérables.

Créée par Linwood Boomer –lui-même placé dans une classe de surdoués durant son enfance– Malcolm possède un côté cartoon dans sa manière d’être filmé.

Une série sur l’enfance... et les différences

La série est surtout en avance sur son temps car, même près de 15 ans après sa sortie, son thème principal est toujours d’actualité: la différence, notamment au moment de l’adolescence (le meilleur pote de Malcolm est en fauteuil roulant) et la manière dont les fameux "freaks" se retrouvent dans une forme de combat permanent dès leur plus jeune âge pour se faire accepter.

Plus largement, la série est une critique du système américain, de la société de consommation et de la manière dont les classes moyennes doivent survivre.

Car là où la série diverge de ses concurrents, c’est dans sa manière de s’ancrer dans le réel de la middle class américaine.

On y voit, à chaque instant, la réalité laborieuse d’une famille issue de la classe moyenne où les finances s’avèrent toujours aussi difficiles les trente derniers jours du mois, les jobs sont ingrats et chaque personnage doit composer avec.

Sauf que Malcom dépeint cette réalité délicate avec un humour incroyable. C’est donc le moment d’aller rechercher vos DVD à la cave. Ou de fouiller Internet à la recherche de la première saison. Ça se trouve facilement.


Malcolm. 7 saisons


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.