Rubriques




Se connecter à

Lieux, dates, couvre-feu... en quoi consiste l’arrêté de protection des mineurs instauré à Cagnes-sur-Mer?

Mis en place depuis plus de vingt ans par la mairie de la ville de Cagnes-sur-mer, l’arrêté vise à protéger les mineurs de moins de 13 ans la nuit.

Damien Allemand Publié le 11/04/2022 à 08:45, mis à jour le 10/04/2022 à 17:50
Des panneaux sont affichés dans les rues pour prévenir la population. (Photo Frantz Bouton)

Il revient chaque année, quand le printemps pointe le bout de son nez. À Cagnes-sur-Mer, le maire a dégainé un arrêté municipal pour interdire la sortie des mineurs de moins de 13 ans entre 23 et 6 heures. Un couvre-feu en vigueur depuis le 1er avril et jusqu’au 31 octobre. Loin d’être une première puisque l’arrêté redevient fonctionnel tous les ans ou presque depuis 2000. "Ça fait partie des mesures de protection de l’enfance", assure Louis Nègre.

Pourquoi cet arrêté?

Selon la Ville, les enfants de moins de 13 ans non accompagnés en pleine nuit peuvent être en danger. L’arrêté vise à les protéger. "Ce n’est pas une privation de liberté, 23 heures c’est déjà tard", avance Laurence Trastour-Isnart, députée de la 6e circonscription des Alpes-Maritimes et conseillère municipale. La démarche vise à éviter de potentielles situations à risque. Des exemples? "Imaginez qu’un gosse soit enlevé, brimé, harcelé, ou même qu’on lui propose de la drogue, énumère Louis Nègre. La nuit, le monde urbain peut être un peu complexe."

Dans quelles zones?

Le centre-ville (avenue Renoir, avenue de la Gare), le Val-Fleuri (place de la Mairie-Annexe) et le Cros-de-Cagnes (place de la Marine) sont concernés par ce couvre-feu.

Quels résultats?

L’arrêté intervient-il après des faits identifiés sur la commune? Pas vraiment. "C’est de la prévention à la sécurité", répond le maire, qui indique que seul un ou deux enfants ont été ramenés à leur domicile lors des premières années du dispositif. "Les résultats sont là. L’arrêté est respecté."

 

Difficile, en revanche, de savoir si des enfants divaguaient dans les rues de Cagnes-sur-Mer avant l’instauration du couvre-feu… Le document précise que "les parents pourront faire l’objet de poursuites pénales." Des panneaux sont affichés dans les rues pour prévenir la population.

 

Offre numérique MM+

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.