La Turbie et Cap-d'Ail décident de former ensemble les policiers municipaux au maniement des armes à feu

Dans le cadre d’entraînement de tir des policiers municipaux, un partenariat va être noué entre les communes de La Turbie et de Cap-d’Ail. Il va permettre aux agents de la police municipale de suivre les formations et les entraînements obligatoires en maniement des armes de service.

Anne-Sophie Coursier Publié le 26/12/2022 à 15:37, mis à jour le 26/12/2022 à 12:38
Les communes de La Turbie et Cap-d'Ail mutualisent leurs forces pour former les policiers municipaux au maniement des armes à feu. Illustration FBT

Les agents ont en effet l’obligation de suivre annuellement une formation d’entraînement. Celle-ci doit être dispensée par le Centre national de la Fonction publique (CNFPT), ou par un moniteur référencé au CNFPT.

La commune de La Turbie dispose d’un stand de tir permettant les entraînements des agents. De son côté, la commune de Cap-d’Ail a un moniteur diplômé d’État et habilité par le CNFPT.

Pour éviter de multiplier les frais, les deux communes ont donc décidé de passer une convention de partenariat, afin de partager leurs ressources, l’une mettant à disposition la structure, l’autre le formateur, toutes deux à titre gracieux, afin que l’ensemble des agents conservent le niveau requis dans cette discipline.

Quid des frais de munition ?

Les séances d’entraînements sont planifiées à raison de deux séances de formation de trois heures chacune, selon des exercices issus du référentiel pédagogique du CNFPT.

La commune de La Turbie devra régler une somme due auprès du CNFPT, conformément à la réglementation, dont le montant est fixé par le conseil d’administration de ce centre. Le montant sera connu prochainement.

Quant aux frais de munitions, ceux-ci sont à la charge de chaque commune. La convention est établie sur une durée d’un an, renouvelable par tacite reconduction, sans excéder trois années.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.