La construction du barrage de l’Aspé en préparation

Estérel Côte d’Azur agglomération a fait déforester une parcelle d’environ un hectare de forêt autour du cours d’eau du vallon des Crottes en vue d’y ériger un écrêteur de crue.

A.M. Publié le 20/03/2023 à 08:50, mis à jour le 20/03/2023 à 08:46
Les parcelles défrichées seront reboisées et la faune réintroduite après les travaux. (Photos F. E.)

Le barrage de l’Aspé verra le jour en octobre 2024 sur le boulevard Jacques-Baudino au sud du lieu-dit de Montrouge et sur le cours d’eau du vallon des Crottes à Saint-Raphaël. Cet ouvrage sera un écrêteur de crue de 190mètres de long, 70 de large et 15,5mètres de hauteur et d’une capacité de rétention de 186.000m3. Il sera construit en vue de réduire le risque d’inondation lié aux débordements de la Garonne. Cette rivière traversant le centre-ville de Saint-Raphaël était sortie de son lit plusieurs fois en 2010 et en 2019, lors de violentes inondations qui avaient touché le Var.

En amont des travaux, qui devraient commencer au début de l’été, Estérel Côte d’Azur agglomération a pris des dispositions pour protéger l’environnement et favoriser l’insertion paysagère et écologique de l’ouvrage.

Les équipes ont défriché la zone naturelle dont la surface était équivalente à environ un hectare de forêt tout en prenant soin d’évacuer les espèces protégées qui y logeaient jusqu’à présent. Les tortues d’Hermann, les anguilles qui remontent le cours d’eau, les chauves-souris qui investissaient ce milieu ont été recensées, prélevées et transplantées sur le barrage du Peyron en attendant leur réintroduction post-travaux.

Les parcelles déforestées, replantées

"Notre objectif était d’avoir une neutralité environnementale totale. Ces mesures compensatoires sans destruction d’espèces végétales protégées ont coûté 1,4 million d’euros à l’agglomération. Nous prélevons les matériaux de construction à la carrière des Grands Caous de Boulouris, un site local pour limiter l’empreinte carbone de notre activité", assure Nicolas Marty, vice-président d’Estérel Côte d’Azur agglomération délégué à l’aménagement des cours d’eau et de leurs affluents dans le cadre de la prévention des inondations (GEMAPI). Des barrières ont été érigées tout autour du périmètre du chantier pour empêcher les tortues d’Hermann d’y pénétrer.

Une fois le chantier terminé en 2024, ces barrières seront retirées et les parcelles déforestées seront replantées et réinvesties par le maquis et par des espèces endémiques.

Ce projet aura coûté en tout 5,5 millions d’euros à l’agglomération avec une grosse participation de l’État.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Monaco-Matin

Un cookie pour nous soutenir

Nous avons besoin de vos cookies pour vous offrir une expérience de lecture optimale et vous proposer des publicités personnalisées.

Accepter les cookies, c’est permettre grâce aux revenus complémentaires de soutenir le travail de nos 180 journalistes qui veillent au quotidien à vous offrir une information de qualité et diversifiée. Ainsi, vous pourrez accéder librement au site.

Vous pouvez choisir de refuser les cookies en vous connectant ou en vous abonnant.