Rubriques




Se connecter à

"Elle se généralise"... Gendarmes et policiers municipaux s'entraînent pour déjouer l'attaque au couteau

C’était tout l’enjeu de l’entraînement organisé à Mandelieu mardi pour une trentaine de policiers municipaux et de gendarmes. Une sensibilisation suivie par cinq maires du secteur.

Gaëlle Arama Publié le 07/12/2021 à 20:30, mis à jour le 07/12/2021 à 20:39
Julien et Olivier, policiers municipaux à Pégomas dans un spectaculaire exercice d’entraînement d’attaque au couteau. (Photo Gaëlle Arama)

Un couteau qui se lève et qui frappe. Un bras qui esquive. Une main qui saisit une arme à feu et tire. Clic clic clic. Corps à corps. Bousculades. Les visages sont en sueur sous les masques. Et les muscles tendus pour ces duels d’une violence hyper réaliste.

Déjouer une éventuelle attaque au couteau, c’était l’objet de la session d’entraînement organisée hier par le Peloton de surveillance et d’intervention de la compagnie de gendarmerie de Cannes (PSIG), dans une vaste salle du Centre Expo Congrès de Mandelieu. A l’abri des regards. Ces exercices de mise en situation ont rassemblé une bonne vingtaine de policiers municipaux de Mandelieu, Auribeau, Pégomas ou Théoule et une dizaine de gendarmes. Tous ont en mémoire l’attaque surprise perpétrée au petit matin du 8 novembre devant le commissariat de Cannes. Celle qui a failli coûter la vie aux deux policiers cannois sauvés par leur gilet pare balle.

"Très difficile à contrer"

Comment esquiver l’agression? Tel est le difficile enjeu de l’exercice. (Photo Gaëlle Arama)

"On est parti d’un double constat, explique le chef d’escadron Charles Henry. D’une part, les policiers municipaux sont devenus des cibles, et sont souvent primo intervenants comme lors de l’attentat de Nice à la cathédrale. D’autre part, policiers municipaux et gendarmes sont amenés à travailler ensemble. Il faut qu’ils aient les mêmes process".

Et se préparent au pire.

"L’attaque au couteau par surprise qui se généralise ces dernières années, c’est le pire, car très difficile à contrer" concède le capitaine Burnichon, instructeur. "Sur internet, il y a même des tutos de l’État islamique pour tuer efficacement au couteau" poursuit le chef d’escadron. À chaque exercice, des gestes précis pourtant. Éviter les coups. Protéger ses zones mortelles comme l’intérieur des avant-bras, la fémorale, la carotide. Reculer. Sortir son arme. "Essayez de sortir de l’axe, il faut casser l’élan de l’adversaire, alors on tourne autour de lui!" ordonne l’instructeur aux binômes.

Les maires formés

Virginie, gendarme à Mandelieu depuis trois ans se jette sur Frédérique, ASVP à Auribeau. Un duel spectaculaire. "On s’entraîne de plus en plus souvent" glisse la première tandis que la seconde expérimentait son premier jeu de rôles: "Il faut se préparer au cas ou".

 

Un risque auquel les maires du secteur ont été également sensibilisés. Instructif. "C’est une situation qui peut toucher tout le monde. Il faut aller plus loin avec d’autres stages communs aux polices municipales" a glissé Georges Botella, maire de Théoule. Sébastien Leroy, maire de Mandelieu l’assure: "il en faudra d’autres".

Et ce mot d’ordre avant que chacun reprenne son poste; "ni psychose ni routine dans votre métier."

Offre numérique MM+

...

commentaires

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.