Rubriques




Se connecter à

Ce jeudi, le prince Albert II a remis les insignes aux nouveaux policiers de Monaco

Ce jeudi, le prince Albert II et le conseiller de gouvernement - ministre de l’Intérieur ont remis leurs insignes aux 21 agents de police et 5 lieutenants stagiaires, tout juste sortis des bancs de l’école.

Thibaut Parat Publié le 08/07/2022 à 11:06, mis à jour le 08/07/2022 à 11:55
5 lieutenants et 21 agents de police stagiaires ont reçu leurs insignes Photo Jean-François Ottonello

À l’appel de leur nom, égrené par Audrey Corentin, chef de la Division de l’Administration et la Formation à la Sûreté publique, ils avancent d’un pas assuré. Puis, à haute et intelligible voix, formule leur choix d’affectation avant de se positionner devant le prince Albert II et Patrice Cellario, conseiller de gouvernement - ministre de l’Intérieur.

Lesquels leur remettent deux précieux objets, les épaulettes et la carte professionnelle, synonyme de leur intégration à la police monégasque. Applaudissements nourris de l’auditoire, principalement des proches et des formateurs.

Ce jeudi à l’Auditorium Rainier-III, lors d’une cérémonie bien huilée, la 36e promotion des élèves-lieutenants de police et la 52e promotion d’élèves-agents de police - réunies sous l’appellation "Yann Beunard" - a reçu ses insignes.

Désormais assermentés, les nouveaux policiers évolueront pendant 14 mois dans l’unité de leur choix, Photo Jean-François Ottonello.

Dix mois de formation

La fin d’un processus, amorcé à l’école de police le 5 septembre 2021 et couronné d’un concours de stagiaire. Dix mois de formation initiale, donc, durant lesquelles les futures recrues ont, entre autres, appréhendé la topographie de la Principauté, les rouages de la Sûreté publique, la législation en vigueur du pays, la circulation à bras, la déontologie et, naturellement, le tir et les gestes et techniques d’intervention.

 

Des enseignements généralistes parfois couplés à des immersions au sein d’unités spécialisées, à Monaco mais aussi en France.

Désormais assermentés, ces 5 lieutenants et 21 agents de police stagiaires (la promotion "Yann Beunard" est composée de 21 hommes et 5 femmes, dont deux sont sorties major: Bérengère Widenlocher et Naomi Tofanelli. La moyenne d’âge est de 26 ans., ndlr) évolueront pendant 14 mois dans l’unité de leur choix, avant leur titularisation. A la Division de police judiciaire pour les futurs officiers. À l’unité de police générale, à la section de nuit ou aux sections de proximité et de sécurisation pour les autres.

"Ces prochains mois, au cours desquels vous allez être particulièrement observés, ont désormais vocation à vous rendre plus opérationnels, souligne le contrôleur général Richard Marangoni, patron de la Sûreté publique. Dans ce cadre, vous allez en effet être confrontés à des situations ardues, quelquefois tragiques, dans un contexte souvent difficile, mais soyez toujours assurés de l’écoute et du soutien de votre hiérarchie."

A l'appel de leur nom, ils avancent à pas assurés. Photo Jean-François Ottonello.

La sécurité, pierre angulaire de l’attractivité

Audrey Corentin, elle, a salué la cohésion de groupe, observé pendant leur cursus, et le comportement, "à la hauteur de nos attentes", de cette promotion. Patrice Cellario, lui, a insisté l’importance du métier de policier, d’autant plus dans un pays qui a fait de la sécurité "la pierre angulaire de son attractivité". "Le très haut niveau de sécurité dont nous jouissons en Principauté est, sans nul doute, le résultat de la valeur, de la rigueur et de l’engagement des personnels de la Sûreté publique et des nombreuses actions qu’ils mènent au quotidien, notamment en matière de police préventive." 

 

Des hommes et femmes qui ont pour devise "Fidélité, loyauté et courage".

Photo de famille après la remise des insignes. Photo Jean-François Ottonello.

Qui était Yann Beunard?

Saluée pour sa "grande rigueur" et sa "cohésion remarquable", cette promotion porte aussi le sceau de l’hommage.

En choisissant de la nommer "Yann Beunard", les élèves-lieutenants et élèves-agents de police honorent ainsi un serviteur de l’État tragiquement disparu, le 18 février 2021, dans un accident de speed-riding à Auron, à l’âge de 48 ans. Cet agent de police avait intégré les rangs de la Sûreté publique le 1er janvier 2000.

Affecté en 2009 au Groupe de sécurité de la famille princière

D’abord affecté aux unités opérationnelles en tenue de la Division de police urbaine, il avait rapidement rejoint le Groupe de protection, de sécurisation et d’intervention (ex-USIVP).

Après huit années passées dans cette unité spécialisée, couronnées de trois témoignages de satisfaction et une lettre de félicitations, Yann Beunard accédait, en juin 2009, au Groupe de sécurité de la famille princière.

Une juste récompense pour cet homme loué pour son travail, sa discrétion, son investissement et son professionnalisme. Hier, le prince Albert II a remis à ses proches une plaque commémorative des deux promotions.

Offre numérique MM+

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.