“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

VIDÉO. "Ici aussi, il y a des coronavirus chaque année, et ça n’intéresse personne": un spécialiste s'insurge de la médiatisation autour du nouveau virus

Mis à jour le 31/01/2020 à 09:50 Publié le 31/01/2020 à 09:00
Le Pr Didier Raoult trouve "délirant" l’intérêt porté au virus chinois alors que des virus européens tuent davantage chaque année dans l’indifférence totale.

Le Pr Didier Raoult trouve "délirant" l’intérêt porté au virus chinois alors que des virus européens tuent davantage chaque année dans l’indifférence totale. Capture d’écran Youtube IHU Méditerrannée

VIDÉO. "Ici aussi, il y a des coronavirus chaque année, et ça n’intéresse personne": un spécialiste s'insurge de la médiatisation autour du nouveau virus

Le Pr Didier Raoult est une pointure en microbiologie et maladies infectieuses. Toute la médiatisation autour du coronavirus chinois lui semble délirante, en comparaison de l'indifférence pour les coronavirus européen qui tuent des centaines de personnes chaque année en France.

Il y en a un à qui ce battage médiatique ne plaît pas du tout, c’est Didier Raoult, professeur de microbiologie, spécialiste des maladies infectieuses et directeur de l’Institut hospitalier universitaire Méditerranée à Marseille. Bref, une référence en la matière.

Sur la chaîne YouTube de l’Institut, pas moins de trois vidéos sont consacrées au sujet, où l’éminent professeur montre un peu les crocs.

"On estime que chaque année à Marseille, il y a 6 à 7 personnes qui meurent d’un coronavirus qui circule en Europe. Comme on soigne 1% de la population française, cela revient à dire que 600 à 700 personnes en meurent chaque année en France", explique-t-il calmement.

Et de poursuivre selon le même raisonnement: "Le virus respiratoire syncytial tue en moyenne 19 personnes par an, ce qui veut dire 1.900 en France. Personne n’en parle".

>> RELIRE. "Nous ne sommes pas totalement à l’abri": la Principauté de Monaco prête à réagir au coronavirus

Vous n'avez pas fini d'avoir des alertes"

Il explique également que les maladies infectieuses dépendent énormément d’un ensemble de facteurs: température, humidité, présence ou non de vecteurs comme les moustiques.

Ainsi, d’après Didier Raoult, des maladies infectieuses peuvent arriver en France et provoquer ce qu’il appelle "des cas secondaires" sans pour autant "s’implanter".

Il n’hésite pas, par exemple, à évoquer le cas d’Ebola, qui revient régulièrement dans la presse: "On m’a posé la question pour la première fois en 1976, et je réponds toujours la même chose: non, il n’y a pas de risque d’épidémie d’Ebola en France".

Pas question de nier la gravité de ces maladies dans leur environnement, mais plutôt d’alerter l’opinion, et d’inviter à la réflexion: "Si à chaque fois qu’il y a une maladie dans le monde on se demande si on va l’avoir chez nous, alors qu’on ne regarde même pas celles qui existent, ça devient complètement délirant! Et ça ne va pas s’arrêter, puisque les Chinois ont adopté une approche d’analyse systématique de l’ADN des virus. Ils vont donc en découvrir de plus en plus, et comme ils sont 1,6 milliard, vous n’avez pas fini d’avoir des alertes!". 


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.