“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Une journée pour mieux comprendre l'autisme, ce samedi à Monaco

Mis à jour le 22/11/2019 à 08:17 Publié le 22/11/2019 à 08:17
Muriel Natali-Laure, présidente de Monaco Disease Power.

Muriel Natali-Laure, présidente de Monaco Disease Power. J.D.

Monaco-Matin, source d'infos de qualité

Une journée pour mieux comprendre l'autisme, ce samedi à Monaco

L'association Monaco Disease Power organise ce samedi une journée de conférences pour faire un état des lieux de la recherche et des solutions de prise en charge des malades

Ce samedi, l’association Monaco Disease Power réunit professeurs de médecine et médecins spécialistes pour la deuxième édition des Assises monégasques de l’autisme et du handicap mental.

Une journée ouverte à tous et entièrement gratuite où interviendront six personnalités reconnues. "Des personnes d’une compétence exceptionnelle, rassemblées sous l’impulsion du professeur Catherine Barthélemy, pédiatre, psychiatre et physiologiste", explique Muriel Natali-Laure. Celle-ci préside avec détermination et son optimisme l’association Monaco Disease Power depuis dix ans, dont le prince Albert II est président d’honneur.

Appel aux médecins généralistes

De 10 h à 17 h, plusieurs médecins interviendront afin de dresser un état des lieux des connaissances scientifiques actuelles mais aussi, et même surtout, afin de donner aux familles des clés pour le soutien au quotidien et le service de la personne.

"L’objectif est de s’adresser au grand public avec des discours et des sujets qui répondent aux attentes et aux interrogations des accompagnants et aidants, explique Muriel Natali-Laure. Il y a deux ans, j’ai regretté qu’il n’y ait pas de médecin généraliste. Ce serait intéressant pour tous, je pense, que viennent des généralistes, pédiatres, dentistes, kinésithérapeutes, etc. Car souvent, les professionnels de santé ne savent pas quelle approche avoir avec les malades dans leur handicap. Avec ma fille par exemple, autiste et malade de nombreuses pathologies, nous sommes contraints d’aller tous les trois mois à Saint-Roch pour consulter un dentiste."

Bientôt une troisième maison d’Amélie

Muriel Natali-Laure a plusieurs vies : contrôleur général des dépenses au sein de l’administration, maman attentive et investie mais aussi présidente engagée. Depuis des décennies, elle a tissé des liens et un réseau formidable pour soutenir les familles.

"Les intervenants sont tous des médecins que je connais parce que je les ai consultés pour ma fille Amélie ou parce qu’ils m’ont été présentés par le professeur Catherine Barthélemy. Ils viennent bénévolement."

"Un autiste “coûte” 130.000 euros par an à la société"

Par ailleurs, après la Maison d’Amélie à Annot pour permettre aux enfants et à leurs parents de passer des vacances ensemble avec un encadrement adéquat, Muriel Natali-Laure a fait construire une deuxième maison et il y en aura bientôt une troisième. L’idée est d’avoir un bâtiment dans une ambiance familiale pour accueillir les malades pour une durée de séjour de plusieurs mois.

"Il faut savoir qu’un autiste “coûte” 130.000 euros par an à la société. En sortant des murs des institutions, la gestion du handicapé n’est pas forcément plus chère, voire moins chère. C’est l’avenir. La personne handicapée doit avoir la possibilité d’être en interaction avec la société. Autonomie et inclusion, c’est un principe de base."

Des perspectives qui s’inscrivent en parallèle des avancées scientifiques et permettent de donner de nouveaux espoirs aux familles.

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.