Une épidémie de gastro s’abat sur les écoles de la Côte d'Azur

Depuis la semaine dernière, les cas de gastro-entérites se multiplient dans les écoles de la Côte d'Azur. La région Paca apparaît en rouge sur la carte de France des régions les plus touchées par la maladie.

Axelle Truquet Publié le 27/09/2022 à 08:15, mis à jour le 27/09/2022 à 08:12
Sur la carte de France, la région Paca arrive en tête des régions les plus touchées par l'épidémie de gastro-entérite. Photo Pexels

L’arrivée de l’automne signe le retour des maladies saisonnières. Les parents d’élèves à Saint-Laurent-du-Var et à Nice sont nombreux à en avoir déjà fait l’expérience, puisque depuis la semaine dernière, le nombre de cas de gastro-entérites se multiplie. Logique pour une affection certes bénigne mais très contagieuse. En effet, dans certaines écoles, jusqu’à une trentaine de cas ont été recensés. À chaque fois, les enfants se plaignent de maux de ventre, de nausées, vomissements et/ou diarrhées. Une symptomatologie tout à fait classique de la tant redoutée gastro.

S’il n’y a rien de très grave, des prélèvements ont tout de même été réalisés sur les plats témoins, conservés par les services de la restauration scolaire. C’est la procédure normale: elle permet de déterminer s’il y a eu contamination lors de la prise des repas au réfectoire. Le cas échéant, il s’agirait d’une intoxication alimentaire.

Pas d’intoxication alimentaire

D’après des communications effectuées auprès des familles niçoises, les enfants souffrants n’ont pas tous mangé la même chose (certains bénéficient de repas sans viande ou sans porc, là, tout le monde est concerné, y compris des bambins n’ayant pas déjeuné à l’école). Et les recherches ont mis en évidence le fait que certains jeunes auraient déclaré la maladie durant le week-end précédent. Or, concernant une intoxication alimentaire, les symptômes apparaissent dans les deux heures. De fait, cette hypothèse a été écartée rapidement.

 

Il faut donc se rendre à l’évidence: c’est bien une épidémie de gastro-entérite. Un fait confirmé par Sentinelles (un réseau de recherche et de veille sanitaire en soins de premiers recours en France métropolitaine): sur la dernière carte publiée relative à la semaine 37, soit du 12 au 18 septembre, la région Paca apparaît en rouge s’agissant des cas de diarrhée aiguë. Le taux d’incidence est de 160 cas déclarés pour 100.000 habitants, juste derrière les Hauts-de-France (180/100.000 habitants).

La mauvaise nouvelle : cette maladie est très contagieuse. Les bambins risquent de la contracter à l’école, et, le cas échéant, de ramener cet importun fardeau à la maison, contaminant peut-être le reste de la famille. Qu’on ne se fasse pas d’illusion, où que l’on soit dans le département, il sera difficile d’y échapper.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.