“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Un vaccin unique contre la grippe et la Covid-19?

Mis à jour le 11/05/2021 à 10:33 Publié le 11/05/2021 à 10:32
Un vaccin contenant deux produits a été testé sur des furets et des hamsters.

Un vaccin contenant deux produits a été testé sur des furets et des hamsters. Photo E.O.

Toute l'info locale + Des reportages exclusifs

Un vaccin unique contre la grippe et la Covid-19?

L’entreprise de biotechnologie américaine Novavax a réalisé de premiers essais sur des animaux d’un vaccin unique combinant ceux qu’elle développe séparément contre la grippe et la Covid-19, avec de premiers résultats positifs.

Le vaccin contre la grippe de Novavax (nommé NanoFlu), ainsi que son remède contre la Covid-19 (NVX-CoV2373), ne sont pas encore autorisés dans le monde, mais ont tous deux été étudiés séparément dans des essais cliniques de phase 3, c’est-à-dire sur des milliers d’humains.

L’entreprise a cette fois administré un vaccin contenant les deux produits, à des furets et des hamsters.

Celui-ci "a suscité des réponses solides contre à la fois la grippe A et B et une protection contre le SARS-CoV-2", le virus provoquant la maladie Covid-19, a déclaré Novavax dans un communiqué.

Chez les furets, les niveaux d’anticorps contre les deux maladies étaient comparables par rapport à ceux suscités par les vaccins administrés individuellement.

Les hamsters ayant été délibérément exposés au virus SARS-CoV-2 ont quant à eux gardé le même poids par rapport à ceux non vaccinés, et "un examen de la charge virale dans les voies respiratoires supérieures et inférieures a montré que peu, voire pas, de virus était détecté quatre jours après l’infection".

L’entreprise prévoit de commencer les tests sur des humains, d’abord en très petit nombre, "d’ici à la fin de l’année", a-t-elle précisé.

Ce remède utilise une technologie différente de celles employées pour les vaccins déjà largement autorisés dans le monde.

C’est un vaccin dit "sous-unitaire", à base de protéines qui déclenchent une réponse immunitaire, sans virus.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.