“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Un pôle de consultations connecté au CHPG

Mis à jour le 15/02/2016 à 05:02 Publié le 15/02/2016 à 05:02
À chaque niveau, des salles de consultations ont été aménagées pour diverses pathologies.

À chaque niveau, des salles de consultations ont été aménagées pour diverses pathologies. Photo Michaël Alési

Toute l'info locale + Des reportages exclusifs

Un pôle de consultations connecté au CHPG

Le bloc C des Tamaris abrite depuis le début du mois, sur cinq niveaux, bureaux et salles d'examen pour les patients externes de l'hôpital, dans différentes disciplines médicales

Ce n'est pas encore le nouvel hôpital, promis pour dans une quinzaine d'années, mais il y a du neuf au CHPG. Depuis une semaine, le centre hospitalier a délocalisé ses consultations externes dans le bloc C du bâtiment des Tamaris. Un immeuble faisant face à l'hôpital, avenue Pasteur, qui développe désormais sur cinq niveaux, plusieurs pôles de consultations.

«Un souffle d'air», assure Benoîte De Sevelinges, directrice adjointe du CHPG, en charge des ressources matérielles. C'est elle qui a supervisé le déménagement sur 1.000 mètres carrés des consultations externes d'ophtalmologie, de pédiatrie, d'anesthésie, de rhumatologie, de dermatologie, d'endocrinologie, de gynécologie-obstétrique, ainsi que le centre de lutte contre la douleur dans ce nouveau bâtiment.

Passerelle

Pour les habitués du CHPG, pas de grand changement. L'accès à cette nouvelle aile se fait directement au bas de l'avenue de Pasteur. Ou depuis le parvis de l'hôpital où une passerelle enjambe depuis peu la chaussée pour relier les bâtiments.

L'espace, hors les murs du CHPG, est un atout pour ceux qui redoute l'atmosphère hospitalière, même si les services « restent connectés à l'hôpital », note Benoîte de Sevelinges. « Ce sont des locaux neufs, bien organisés qui ont nécessité une centaine de réunions en deux ans pour bien concevoir le projet. »

En 2013, le CHPG a en effet hérité de ce bloc immobilier, d'abord construit pour abriter des appartements domaniaux. Il a été finalement dédié aux besoins du centre hospitalier… alors que les murs maîtres et les cloisons étaient déjà montés.

«Nous avons fait au plus rationnel pour les utilisations et la gestion des espaces. Et, l'ensemble des bureaux bénéficient de lumière naturelle, ce qui est très agréable pour les patients et le personnel.»

L'espace en plus

À chaque étage, quelque que soit la compétence médicale, le plateau se développe autour d'une banque d'accueil et d'un couloir où se déroulent les salles de consultations, avec vue mer. Les usagers peuvent se repérer grâce à un code couleur appliqué à chaque niveau.

L'ensemble, opéré par le cabinet d'Alexandre Giraldi, le groupe Marzocco et les services des Travaux publics, est finalement cohérent.

«Le matériel est neuf à 70%. Nous avons aussi souhaité équiper tous les niveaux avec les flux nécessaires à un hôpital (notamment les réseaux d'oxygène) pour rendre ces espaces polyvalents à l'avenir. C'est un investissement qui servira sûrement dans le phasage des travaux de l'hôpital.»

Bon point, certains services ont gagné des mètres carrés dans le déménagement. Profitant ainsi de l'espace pour accroître l'activité. C'est le cas pour le pole gynéco-obstétrique où plusieurs domaines concernant les femmes enceintes ont été reliés. Et aussi pour la consultation ophtalmologique, où les 30 % de bureaux supplémentaires permettent de réduire la liste d'attente pour avoir un rendez-vous.

Pour une question pratique, tous les patients qui ont un rendez-vous dans les six mois à venir ont d'ailleurs reçu une note explicative pour se rendre à ce nouveau site. Et il faudra s'y habituer. Car il devrait être en fonction pour les quinze prochaines années avant la livraison du nouvel hôpital.

Des nouveaux services en développement

Avec ce nouvel espace des Tamaris, le CHPG bénéficie d’un appel d’air dans ses locaux actuels. Ainsi, le déplacement des bureaux de consultations a libéré de l’espace dans le pavillon Louis II ainsi que dans la tour maternité. Des espaces qui, même si l’actuel hôpital à vocation à être détruit, vont être restaurés et réaménagés.

Au pavillon Louis II, la place gagnée va permettre de réorganiser le service de chirurgie digestive, d’urologie et de gastro-entérologie pour constituer un plateau cohérent.

Unité de soins palliatifs

Au quatrième étage de la tour maternité, les mètres carrés récupérés offriront eux, par ailleurs, la possibilité de créer une unité de soins palliatifs pour la fin de vie avec quatre lits. Et un service plus important pour l’hémodialyse. Ces deux équipements doivent être livrés en 2017.

Une passerelle enjambe, depuis peu, la chaussée pour relier les bâtiments.
Une passerelle enjambe, depuis peu, la chaussée pour relier les bâtiments. Photo M.A.

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.