Rubriques




Se connecter à

Tous unis contre le sida

Après le déploiement de courtepointes en souvenir des malades disparus, Fight Aids Monaco, le gouvernement et le maire ont signé le lancement d'une campagne de communication

J.D. Publié le 02/12/2018 à 05:06, mis à jour le 02/12/2018 à 05:06
Déploiement de neuf courtepointes hier après-midi, au Musée océanographique, en souvenir aux malades disparus.
Déploiement de neuf courtepointes hier après-midi, au Musée océanographique, en souvenir aux malades disparus. J.D.

Il faut savoir que deux tiers des nouvelles contaminations sont faites par des gens qui ne se savent pas porteurs. Le dépistage est indispensable. » Hier après-midi, le professeur Bruno Taillan, chef de département en médecine interne, hématologie et oncologie au Centre Hospitalier Princesse Grace, également vice-président de Fight Aids Monaco (FAM), soulignait les formidables progrès thérapeutiques réalisés mais aussi importance de la communication.

Aux côtés des membres de l'association que préside la princesse Stéphanie, il a participé au déploiement de neuf courtepointes au Musée océanographique. Un moment qui rappelle que « le sida fait encore un million de morts par an. On dénombre 1,6 million de nouvelles contaminations chaque année, dont 6 000 en France en 2018. Ce qui est dangereux, c'est de ne pas se faire dépister. »

« La prévention est essentielle »

 

Mais les thérapies existent. Raison pour laquelle la princesse Stéphanie, le maire Georges Marsan et le conseiller de gouvernement - ministre pour les Affaires sociales et la Santé Didier Gamerdinger ont signé un protocole pour le lancement d'une campagne d'information, en partenariat avec la Croix-rouge monégasque et l'AMADE. Son slogan : #I=I, comprendre « Indétectable = intransmissible ». Car FAM explique : « Les personnes séropositives qui suivent un traitement antirétroviral quotidiennement, conformément à une prescription médicale, et qui atteignent et maintiennent une charge virale indétectable, n'ont aucun risque de transmettre sexuellement le virus à un partenaire séronégatif. »

Pour la mairie, c'est une « première campagne et la concrétisation d'un des engagements, souligne Georges Marsan. L'essentiel dans la prévention, c'est la communication. »

Des affichages publics ont été lancés hier et des flyers vont être distribués, notamment à la médecine du travail.

L'objectif : qu'à l'horizon 2030, l'épidémie soit éradiquée.

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.