“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Tension sur les tests PCR à Monaco: la capacité va être augmentée

Mis à jour le 01/09/2020 à 11:57 Publié le 01/09/2020 à 11:55
Dès cette semaine, la capacité de prélèvements nasopharyngés (tests PCR) de la Principauté sera portée à 1260 par semaine, contre 960 auparavant.

Dès cette semaine, la capacité de prélèvements nasopharyngés (tests PCR) de la Principauté sera portée à 1260 par semaine, contre 960 auparavant. Photo Patrick Blanchard

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Tension sur les tests PCR à Monaco: la capacité va être augmentée

Face à la forte demande pour réaliser un test PCR à Monaco et dans les communes limitrophes, impliquant de fait un délai rallongé pour obtenir le résultat, le gouvernement princier annonce augmenter sa capacité de prélèvements.

Des appels aux laboratoires qui sonnent dans le vide. Presque une semaine d’attente pour glaner un rendez-vous au Laboratoire de biologie médicale à Fontvieille. Jusqu’à deux heures d’attente, lundi dernier, à celui de Cerballiance à Beausoleil.

Se soumettre à un test PCR – un prélèvement effectué dans le nasopharynx à l’aide d’un écouvillon – s’apparente à un long chemin de croix. Il faut clairement s’armer de patience, à Monaco comme dans les communes limitrophes. Surtout si la priorité ne vous est pas accordée.

« Ces dernières semaines, la demande a explosé et cela a créé une certaine tension, confirme, sans ambages, le Dr Olivier Dejoux, médecin biologiste chez Cerballiance à Beausoleil. Il y a eu les procédures pour voyager, les cas positifs qui ont augmenté et, donc, la recherche de cas contacts. On a été obligé de prendre en priorité les patients symptomatiques et présentant des pathologies. Ils sont prioritaires sur les demandes de curiosité ou liées à des voyages. Au 1er octobre, on doublera notre production. »

Des heures d’attente au labo des Moneghetti

Une réorganisation nécessaire, également, aux laboratoires de Monaco, dont le personnel de Fontvieille devait, en plus des tests PCR, gérer les analyses de biologie médicale traditionnelles.

Depuis ce lundi, ces prélèvements ne se font désormais plus que sur un seul site : celui des Moneghetti, niché au 41 boulevard du Jardin Exotique [sans rendez-vous, de 9 h à 13 h, N.D.L.R.]. Une capacité théorique de 150 tests PCR par jour, selon la direction.

Ce lundi matin, pour cette première journée, on observait une file d’attente de plusieurs heures. Rebelote ce mardi matin. « Je voulais me faire tester pour me rassurer, car j’ai un cas contact dans mon entourage. J’ai attendu quatre heures. A priori, je dois attendre une semaine avant le résultat », raconte Héloïse, la toute dernière patiente de la journée. En effet, sur le site Internet, la direction du laboratoire prévient : « Attention, 3 à 5 jours pour les résultats en raison de la saturation des services. »

« Le délai de résultat peut potentiellement accroître les risques de propagation du virus », s’émeut un professionnel de santé de la Principauté. D’où l’importance cruciale de respecter les gestes barrières en toutes circonstances.

Dans ce contexte de forte demande et de tension sur l’approvisionnement du matériel – que ce soit des tests PCR, des réactifs pour l’analyse ou d’écouvillons pour les prélèvements – le gouvernement monégasque réagit. « Dès cette semaine, notre capacité sera portée à 1 260 prélèvements par semaine, contre 960 auparavant. Une équipe d’infirmiers libéraux et du personnel du centre médico-sportif renforcent la capacité de prélèvements de la ville. »

Bientôt des analyses plus rapides

Le CHPG, qui ne traite que des cas bien spécifiques (lire ci-dessous), a d’ores et déjà précommandé un nouvel automate Abott, en cours d’homologation CE (Tél. +377.92.05.55.00 du lundi au samedi de 9 h à 17 h.). Avec cette machine, les résultats sortiront en… vingt minutes. Sur le papier, cela permettrait de réaliser trente analyses supplémentaires par jour.

Le Centre scientifique de Monaco, lui, est en attente de livraison d’un automate, dont la capacité journalière avoisinera les 1 200 analyses par jour. Commandé en mai par l’État, il ne devrait être opérationnel qu’à la mi-novembre.

« Comparée à d’autres États européens, la capacité de prélèvement à Monaco, rapportée à sa population se situe à plus du double de celle de la Belgique, de la France, de l’Allemagne ou de l’Islande et à quatre fois celle de la Suisse ou de l’Italie », conclut le gouvernement.

Et le CHPG ?

Face à la recrudescence d’appels, le CHPG a communiqué ce vendredi sur sa page Facebook : « Nous ne réalisons pas de tests PCR pour le public. Les patients externes et le grand public résidant et travaillant à Monaco sont invités à contacter le Centre d’appels de la DASA (1) », peut-on lire sur le réseau social.

Seuls les professionnels de santé, les salariés d’OIV [opérateur d’importance vitale, N.D.L.R.] et les personnes hospitalisées et présentant des symptômes évocateurs se font tester.

« Soit 350 tests par semaine, confiait, au micro de Monaco Info, Didier Gamerdinger, conseiller de gouvernement - ministre des Affaires sociales et de la Santé. Pour les personnes ayant des symptômes qui ne justifient pas d’aller à l’hôpital, elles doivent s’adresser à leur médecin traitant qui les signale alors à l’action sanitaire et sociale. Nous testons aussi les cas contacts. Nous procédons à un test par des infirmiers de ville ou par des médecins de santé publique.
Cela correspond à 310 tests par semaine. »

Les autres doivent se rendre en laboratoires privés.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.