“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Suisscourtage : tous unis contre la mucoviscidose

Mis à jour le 01/04/2019 à 10:26 Publié le 01/04/2019 à 10:26
Les salariés de Suisscourtage Monaco tous solidaires pour aider leur collègue Élodie.

Les salariés de Suisscourtage Monaco tous solidaires pour aider leur collègue Élodie. J.D.

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Suisscourtage : tous unis contre la mucoviscidose

Salariés et employeur se mobilisent pour aider Élodie, une des salariés de l’entreprise, et organisent une journée de détente et d’espoir, à Vence, pour récolter des dons

C’est une histoire comme on aimerait en connaître plus souvent au sein de l’entreprise.

Chez Suisscourtage, Sarah et Thibault sont les initiateurs d’une journée de détente au tennis padel de Vence prévue dimanche 14 avril. Et s’ils sont ainsi motivés, ce n’est pas pour revigorer les liens entre salariés mais pour aider Élodie.

Et pour Élodie, c’est toute l’agence du quai Antoine-Ier qui s’est mobilisée ; employeur compris !

Elle est salariée de Suisscourtage depuis 2014. Une de ces célibataires, dynamique, souriante, investie, altruiste, travailleuse et qui vient de rentrer d’un voyage en Thaïlande où elle a gravi 1 200 marches pour atteindre le temple de Krabi. Une jeune femme ordinaire ? Pas vraiment !

« Je suis née avec la mucoviscidose. Maintenant, je ne le cache plus. C’est ma force et ma faiblesse. Il y a six ans, j’ai été greffée des deux poumons. La maladie touche aussi l’aspect digestif : les reins, le foie, le pancréas... Après la greffe, c’était mon projet de grimper au sommet du temple de Krabi, un 24 mars, jour anniversaire de ma greffe. Je pense beaucoup à la famille de mon donneur. Je sais que, quelque part, une famille pleure. »

Élodie conjugue vigueur farouche et fragilité délicate. « Enfant, après l’école, j’allais faire ma séance de kiné respiratoire avant de rentrer à la maison. Parfois, selon les infections, la kinésithérapeute venait à domicile le week-end. Mon enfance a été heureuse. La vie m’a beaucoup gâtée. J’ai une famille et des amis parfaits. »

« Un vrai devoir d’accompagnement »

Le témoignage d’Élodie est bouleversant. Non pas en raison de sa maladie génétique mais parce que la jeune femme impose l’admiration de tous : « Je vis normalement ! C’est un sentiment de fierté d’être si bien entourée. » « J’ai pris conscience de la gravité extrême de sa maladie, explique Jérôme Ragas, le directeur général de Suisscourtage. Mais Elodie a besoin d’être considérée comme un autre salarié. Nous avons donc aménagé son travail. Elle est assistante ; en mi-temps thérapeutique, sans baisse de salaire. En tant qu’employeur, nous avons un vrai devoir d’accompagnement. Et l’entreprise peut avoir un rôle thérapeutique à partir du moment où c’est la volonté du salarié. »

Alors, depuis un mois au moins, tout le monde œuvre pour faire de la journée du 14 avril un véritable événement. Réseaux sociaux, cagnotte en ligne, relations personnelles… On le sait, l’union fait la force. Au Tennis Padel Vence, on se prépare à organiser un tournoi double de tennis, un tournoi de padel, un brunch, des animations pour les petits, une tombola.

Jérôme Ragas a décidé de sponsoriser le brunch et d’être présent. Certains clients informés ont même fait des dons. Certains se déplacent, comme Alessandro Donzella qui proposera des drive tests avec sa Ferrari. « Notre but est de récolter des fonds pour les reverser à une association qui lutte contre la mucoviscidose, explique Élodie. Les traitements se sont beaucoup améliorés. C’est essentiel pour les jeunes. C’est notre tour d’œuvrer pour continuer à soutenir la recherche. »


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.