“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Stop au tabac : 2 500 euros économisés en une année Coelioscopie 3D : plus précis, moins invasif

Mis à jour le 26/11/2016 à 05:16 Publié le 26/11/2016 à 05:16
L'appareil de cœlioscopie 3D est un bon intermédiaire entre le robot et la cœlioscopie 2D, selon le Pr Barranger.

L'appareil de cœlioscopie 3D est un bon intermédiaire entre le robot et la cœlioscopie 2D, selon le Pr Barranger. AX. T.

Je découvre la nouvelle offre abonnés

Stop au tabac : 2 500 euros économisés en une année Coelioscopie 3D : plus précis, moins invasif

Novembre a été déclaré « Moi(s) sans Tabac ». Près de 160 000 Français ont décidé de relever le défi d'arrêter la clope. Si le bénéfice financier est indéniable, celui sur la santé l'est encore plus

Infarctus, cancer du poumon, insuffisance respiratoire. Voilà le cortège des principales (parce qu'elles sont en réalité légion) maladies induites par le tabac. Et chaque année, la cigarette tue 78 000 fumeurs en France. C'est un peu comme si un Airbus A320 se crashait chaque jour. Par comparaison, on recense dans le même temps en moyenne 3 000 morts sur la route. Autant dire que la clope est un ennemi redoutable. Mais l'issue mortelle n'est pas inéluctable. Il est toujours temps d'arrêter.

Mieux vaut tard que jamais, l'adage n'a jamais trouvé aussi bien lieu de s'appliquer. Novembre a été déclaré Moi(s) sans tabac par le Ministère de la Santé. Plus de 160 000 fumeurs se sont lancé le défi d'arrêter.

Pour cela, ils sont aidés. Aujourd'hui, les substituts nicotiniques sont remboursés à hauteur de 150 euros par année civile et par bénéficiaire. « La cigarette est une addiction. Ce sont les effets cérébraux de la nicotine qui créent cette dépendance. Mais ce qui est dangereux dans le tabac, ce sont surtout les produits de la combustion, souligne le Pr Charles-Hugo Marquette, chef du service de pneumologie du CHU de Nice. Donc il ne faut pas hésiter à s'aider de substituts nicotiniques pour arrêter. D'autant qu'ils peuvent être prescrits par tous les acteurs de santé, qu'ils soient médecin, dentiste, kiné, sage-femme, etc. »

Le professionnel constate que « l'une des principales causes d'échec est le sous-dosage en nicotine. Pour l'éviter, on peut associer différents produits : patchs, gommes et cigarette électronique. Il faut saturer les récepteurs cérébraux en nicotine pour éviter l'envie de replonger. »

D'autant que les effets délétères du tabac ne condamnent pas que le fumeur. L'entourage aussi est concerné. Lorsqu'une personne fume dans une pièce en présence d'enfants, eux aussi présenteront des traces de nicotine et surtout de monoxyde de carbone dans l'organisme. Or cet élément n'est pas produit par l'inhalation des vapeurs d'eau dégagées par la cigarette électronique. « Elle double les chances de parvenir au sevrage, constate le Pr Marquette. Par ailleurs, il n'a pas été démontré qu'elle favorise l'entrée dans le tabagisme chez les jeunes. »

Le pneumologue, lorsqu'il suit des patients qui tentent d'arrêter la cigarette, souvent parce que leur corps est à bout, insiste sur deux stimulations positives. « La première est liée à la qualité de vie. En arrêtant, on retrouve l'odorat et le goût les aliments. La seconde se rapporte à une question financière. Il faut, chaque jour, mettre dans un grand pot transparent, la somme que l'on aurait dépensé chez le buraliste. À la fin du mois, on le renverse et on compte, en famille par exemple, tout ce que l'on n'a pas dépensé en tabac. On renouvelle l'opération au bout de trois mois. Les patients sont surpris de constater la quantité d'argent qui partait en fumée. »

Ainsi, un fumeur moyen (un paquet par jour) en stoppant net la cigarette économiserait près de 2500 euros en une année. De quoi s'offrir un beau voyage pour fêter ça !

« La cœlioscopie est une technique chirurgicale mini invasive qui évite d'ouvrir le ventre. Elle permet donc de diminuer la durée d'hospitalisation et de la convalescence », résume le Pr Emmanuel Barranger, chef du pôle de chirurgie oncologique sénologique et gynécologique du Centre Antoine-Lacassagne (CAL). Si elle est largement répandue, ces dernières années, des appareils de cœlioscopie en 3D sont apparus. Le CAL s'en est doté d'un en juillet 2015, grâce en partie au financement du conseil départemental dans le cadre d'un appel à projet.

Avec près d'un an et demi de recul, le bilan est très satisfaisant. « C'est un bon intermédiaire entre la cœlioscopie 2D et le robot chirurgical. La 3D donne une vision plus confortable pour le chirurgien. Pour comprendre, il faut imaginer que c'est comme si on était directement dans le ventre du patient, révèle le Pr Barranger. On opère donc mieux car on gagne en précision, la chirurgie est moins longue, les complications moindres. » La technique étant moins invasive (plus besoin d'ouvrir, seules de petites incisions sont pratiquées), la convalescence est plus rapide.

« Je ne pourrais plus m'en passer»

Sur le plan de l'investissement financier, la cœlioscopie 3D est très nettement avantageuse : elle coûte quasiment dix fois moins cher qu'un robot chirurgical dont l'investissement de base se porte entre 1,5 et 2 millions d'euros auxquels s'ajoutent 120 000 euros de frais de maintenance annuels. Elle est donc un facteur positif dans la maîtrise des dépenses. D'autant qu'en diminuant la durée d'hospitalisation, on réduit du même coup les frais et on libère des lits.

La cœlioscopie 3D est utilisée par le Pr Barranger et son équipe pour la chirurgie du ventre gynécologique et cancérologique. « Je ne pourrais plus m'en passer », souligne le praticien qui l'utilise désormais pour opérer la moitié des 70 cancers gynécologiques qu'il traite chaque année.

Elle est également indiquée pour le prélèvement des muscles grands dorsaux destinés à la reconstruction mammaire (une alternative à la pose de prothèse après une ablation du sein consécutive à un cancer). Le Pr Barranger l'a déjà utilisée dans une dizaine de cas. Pour ces femmes, la cœlioscopie 3D leur a évité d'avoir une cicatrice dans le dos. Cependant, toutes les patientes ne sont pas éligibles à cette technique (qui implique toutefois une intervention plus longue). S'il ne s'agit dans ce cas que d'une question esthétique, elle est toutefois primordiale dans le vécu des suites de la maladie. Une manière de ne pas ajouter des séquelles à la convalescence.

Un fumeur moyen peut économiser 630 euros en trois mois juste en arrêtant la cigarette. Des effets positifs sur le porte-monnaie et surtout sur la santé.
Un fumeur moyen peut économiser 630 euros en trois mois juste en arrêtant la cigarette. Des effets positifs sur le porte-monnaie et surtout sur la santé. Luc Boutria

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.