“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Réunis pour lutter contre la fraude sociale en Europe

Mis à jour le 05/08/2019 à 10:23 Publié le 05/08/2019 à 10:23
De gauche à droite : Valérie Bruell-Melchior, ministre-conseiller à l’ambassade de Monaco en France, Ludmilla Raconnat-Le-Goff, secrétaire général du Département des Affaires sociales et de la Santé, et Christophe Steiner, ambassadeur auprès de la République française.
	(DR)

Réunis pour lutter contre la fraude sociale en Europe

Une délégation monégasque, composée de Christophe Steiner, ambassadeur auprès de la République française, de Valérie Bruell-Melchior, ministre-conseiller à l’ambassade de Monaco en France, et de Ludmilla Raconnat-Le-Goff, secrétaire général du Département des Affaires sociales et de la Santé, a participé à une table ronde sur la lutte contre la fraude sociale en Europe, organisée mardi 30 juillet, à Paris, au Sénat.

Une délégation monégasque, composée de Christophe Steiner, ambassadeur auprès de la République française, de Valérie Bruell-Melchior, ministre-conseiller à l’ambassade de Monaco en France, et de Ludmilla Raconnat-Le-Goff, secrétaire général du Département des Affaires sociales et de la Santé, a participé à une table ronde sur la lutte contre la fraude sociale en Europe, organisée mardi 30 juillet, à Paris, au Sénat.

Cette table ronde, à laquelle ont également participé des représentants d’Allemagne, de Belgique, d’Espagne, d’Estonie, du Luxembourg, de Norvège, des Pays-Bas, du Royaume-Uni et de Roumanie, s’inscrit dans le cadre de la mission confiée par Edouard Philippe, Premier ministre français, à Nathalie Goulet, sénatrice de l’Orne, et à Carole Grandjean, députée de Meurthe-et-Moselle, visant à évaluer l’impact de la fraude sociale sur les finances publiques et à identifier les moyens nécessaires pour lutter contre ce phénomène.

La fraude sociale n’a pas sa place en Principauté

Cette réunion a permis aux différentes délégations d’échanger sur les politiques et moyens mis en œuvre par chaque pays.

Ainsi, la délégation monégasque a rappelé que la fraude sociale n’a pas sa place en Principauté et a présenté les dispositifs mis en œuvre tant par les services gouvernementaux que par les Caisses sociales de Monaco, qui permettent de lutter avec efficacité contre la fraude aux cotisations sociales (travail dissimulé et recouvrement des cotisations sociales), aux prestations sociales (médicales, familiales et retraite) et à l’action sociale.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.