“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

  • Et si vous vous abonniez ?

    Au quotidien, où que vous soyez, consultez le journal complet en ligne, dès 6h du matin.

    Abonnez-vous

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Profil de patients, taux d'incidence, nombre de cas... Le CHPG vous répond sur la situation Covid à Monaco

Mis à jour le 04/05/2021 à 11:07 Publié le 04/05/2021 à 11:00
Il faut "continuer à se protéger et protéger les autres", rappellent les soignants.

Il faut "continuer à se protéger et protéger les autres", rappellent les soignants. Photo archives Jean-François Ottonello

Monaco-matin, source d'infos de qualité

Profil de patients, taux d'incidence, nombre de cas... Le CHPG vous répond sur la situation Covid à Monaco

Une nouvelle série de mesures d’allègement du dispositif sanitaire entre en vigueur cette semaine. Signe de l’amélioration de la situation ? Tour d’horizon avec les équipes du Centre Princesse-Grace.

Alors que le taux d’incidence est repassé sous la barre des 100 ces dernières semaines à Monaco, le gouvernement a décidé d’alléger le dispositif sanitaire en vigueur en Principauté. Mais qu’en est-il du côté du Centre hospitalier Princesse-Grace ? Il faut "continuer à se protéger et protéger les autres", rappellent les soignants. Profil des patients hospitalisés, nombre de décès, détection des variants, vaccination et moral des soignants… les médecins du CHPG* répondent à vos interrogations point par point.

*Pr Isabelle Rouquette, anesthésie réanimation ; Dr Christophe Perrin, Pneumologie ; Dr Gilles Chironi, Unité de bilans (Monaco Princess Grace Check-up unit) ; PrYann-Erick Claessens, Urgences et Dr Olivia Keita-Perse, Épidémiologie et hygiène hospitalière.

1. Avec un taux d’incidence sous la barre des 100 et des hospitalisations qui diminuent au CHPG, la "troisième vague" est-elle sur la fin ?

"Actuellement, nous observons effectivement une baisse d’activité Covid au CHPG, en lien avec les mesures sanitaires en vigueur et la campagne de vaccination en cours. L’obtention d’une immunité collective est le principal levier permettant d’envisager un retour à la vie d’avant. Il est donc essentiel de continuer à vacciner un maximum de personnes.

Le virus circule toujours et l’avenir dépend de quatre paramètres: la poursuite de la vaccination évoquée ci-dessus, avec un objectif de 90% d’immunité collective, le maintien des gestes barrières, la protection des zones à plus faible incidence par le biais de tests systématiques des personnes extérieures, avec confinement contrôlé en cas de positivité (méthode dite du "rechercher et isoler") et enfin le degré de pénétration des nouveaux variants.

Il s’agit donc là d’un appel à la plus grande prudence dans les semaines qui viennent, simplement parce que personne n’est capable de prédire l’avenir.

Pour mémoire, sur la période mai juin juillet 2020, nous n’avions plus aucun patient Covid pris en charge au CHPG… mais ça n’a pas duré."

Photo DR

2. Il y avait eu à déplorer 3 décès de résidents en 2020, contre 29 à ce jour en 2021. Comment l'expliquez-vous?

"Comme évoqué en février dans les colonnes de Monaco-Matin, « le nombre de décès est proportionnel au nombre de cas et à la typologie de ces cas" [notre édition du 5 février 2020, N.D.L.R.]. Et il y a eu beaucoup plus de patients pris en charge à l’hôpital en 2021.

En 2020, 37 patients ont été pris en charge dans le service de réanimation, contre 100 depuis le 1er janvier 2021. Si l’on compare les taux de mortalité en réanimation, ils sont pourtant quasiment identiques avec 16,7% de décès en 2020 et 16,9% en 2021.

En revanche, l’âge moyen a bel et bien diminué, passant de 75 ans en 2020 à 68 en 2021.

Les patients malheureusement décédés présentaient très souvent des comorbidités.

Depuis la deuxième vague, notre stratégie de prise en charge des patients Covid au CHPG est extrêmement rodée et protocolisée, que ce soit à partir des urgences ou bien en hospitalisation puis en réanimation. Grâce à cela, les patients ont été pris en charge dans les meilleurs délais, du fait également de la coordination avec la surveillance à domicile."

Le profil des patients hospitalisés

"En hospitalisation comme en réanimation, les patients sont plus jeunes et parfois sans comorbidités. Un effet de virulence ou un effet de circulation du virus ou de l’un de ses variants? Les études en cours de publication pourront peut-être l’expliquer prochainement.

La population âgée non vaccinée reste toutefois à risque de forme grave de cette maladie, et la majorité des personnes qui décède présente une ou plusieurs comorbidités."

3. Depuis le début de la crise, quels variants ont été identifiés chez vos patients?

"Le variant anglais est celui qui circule majoritairement depuis quelques mois, et représente aujourd’hui 90% des virus détectés dans les prélèvements.

Au CHPG, nous avons jusqu’à présent détecté quelques cas de variants brésiliens et sud-africains, mais de façon très marginale.

Notre prochain défi est en effet peut-être le (ou les) variant(s) indien(s). Même si l’on n’en sait pour le moment pas grand-chose, nous avons un an d’expérience sur les techniques de "rechercher et isoler".

Si ce variant arrive sur notre territoire, nous aurons des moyens de contenir sa dissémination. Nous sommes donc en position "d’attente armée"!

Cependant, cette stratégie doit absolument s’accompagner des mesures connues, d’où notre appel (et le rappel) à la prudence, au maintien des gestes barrières et à l’accélération de la vaccination."

Photo Jean-François Ottonello

4. Comment justifier la baisse du nombre de cas en Principauté et le fait qu'il n'y ait, à ce jour, que des non-résidents hospitalisés en réanimation

"Avant toute chose, il faut rappeler que seul le schéma vaccinal complet confère la protection maximale, qui est obtenue environ 15 jours après la deuxième dose.

Indépendamment de la nationalité et du lieu de résidence, il est certain que la très grande majorité des patients hospitalisés et/ou en réanimation pour Covid ne sont pas vaccinés.

Il est maintenant largement démontré dans la littérature scientifique que la vaccination protège, indiscutablement, contre les formes sévères de la maladie."

5. L'activité dans les services "traditionnels" et d'urgence est-elle revenue à la normale à la faveur de cette accalmie?

"Aux urgences, l’activité a repris complètement et comme avant, avec pour les équipes la crainte de l’arrivée d’un patient Covid, et toutes les contraintes que cela implique.

L’activité d’hospitalisation conventionnelle a pu être maintenue, et notamment pour les prises en charge cancérologiques. L’activité chirurgicale reste, quant à elle, encore impactée.

Aujourd’hui, il faut réussir à trouver le juste équilibre pour faire cohabiter l’activité Covid avec la prise en charge des autres patients, et concilier les besoins du quotidien, et prendre en charge tous les patients qui nécessitent de l’être."

Photo Jean-François Ottonello

6. Les équipes du CHPG retrouvent-elles le moral ?

"Nous ne saurions prétendre que les équipes du CHPG ont « perdu" le moral pour le retrouver ensuite. Elles ont été, depuis le début, très sollicitées et très impliquées. Elles sont maintenant surtout très fatiguées. Nous saluons leur engagement, et surtout leur grande capacité d’adaptation quand on sait que la majorité des soignants ont dû changer leurs horaires et planning de travail, et de service d’affectation.

Quant aux congés, nous avons réussi à n’en supprimer aucun, grâce aux horaires et roulements qui ont été mis en place. Actuellement, le ralentissement

de l’épidémie permet de leur rendre peu à peu les heures supplémentaires effectuées."

7. Quels est le taux de soignants vaccinés (1 ou 2 injections)?

"92,3% des médecins souhaitent être vaccinés, et 90% d’entre eux ont reçu au moins une dose, ce qui est le signe d’une grande confiance dans la vaccination. Concernant les personnels non médicaux, 48,9% souhaitent être vaccinés parmi lesquels 86% ont reçu au moins une dose.

Nous avons chaque jour des volontaires supplémentaires et également un certain nombre de professionnels en attente de vaccination parce qu’ils ont déjà eu la Covid."

Le centre de vaccination déplacé... de quelques mètres

Depuis ce lundi, le Centre national de vaccination, qui reste installé au Grimaldi Forum, s’est déplacé de quelques mètres.

Initialement agencé dans la salle Ravel, il a été transféré dans l’espace Diaghilev pour permettre au Grimaldi Forum de préparer les prochaines expositions.

Le nombre de sièges pour se faire vacciner reste identique et l’obligation d’avoir un rendez-vous pour se faire vacciner est toujours de mise. Pour prendre rendez-vous, rien ne change: vous êtes invités à signaler votre souhait d’être vacciné auprès du Centre d’appels Covid-19 au 92.05.55.00 (7/7 jours de 8 heures à 20 heures) ou via le formulaire en ligne. Vous serez recontactés pour fixer un rendez-vous.

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.