Pourquoi la résistance aux antibiotiques menace de plus en plus notre santé

Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), l'antibiorésistance est aujourd'hui l’une des plus graves menaces pesant sur la santé mondiale. Si rien n'est fait, elle pourrait devenir d'ici 2050 plus meurtrière que le cancer.

La rédaction Publié le 23/11/2022 à 18:30, mis à jour le 23/11/2022 à 18:21
Illustration d'une bactérie résistant aux antibiotiques. Photo Istock

L'antibiorésistance, c'est quand les antibiotiques, qui représentent une grande partie des médicaments en circulation, perdent peu à peu leur efficacité face aux bactéries. Lorsqu'on utilise de manière très importante et à plusieurs reprises des antibiotiques, les bactéries deviennent résistantes. Certaines maladies banales deviennent alors de plus en plus difficiles à traiter. 

Ce phénomène touche aussi bien les bactéries à l'origine des infections que celles qui sont généralement inoffensives et naturellement présentes sur notre corps, chez les animaux et dans l'environnement. 

Chaque année, 25.000 personnes meurent à cause du phénomène dans l'Union européenne, selon les autorités européennes. En 2019, l'antibiorésistance aurait tué 5 millions de personnes dans le monde. 

Des antibiotiques mal utilisés

Le mauvais usage de ces médicaments favorise l'antibiorésistance, en plus du fait que ça a un impact sur leur disponibilité pour ceux qui en ont vraiment besoin.

Ce mardi 22 novembre, des médecins ont alerté sur une crise "majeure" et imminente à venir à cause du manque d'amoxicilline, l'un des antibiotiques les plus utilisés chez les enfants. Il faut, selon eux, envisager une "restriction drastique" de sa prescription.

 

Autre problème: quand on arrête son traitement aux antibiotiques avant la fin parce qu'on se sent mieux. Le risque est que certaines bactéries résistent et se renforcent. Elles peuvent ensuite être transmises à d'autres humains.

Des résidus dans les eaux usées

La résistance aux antibiotiques est aussi une conséquence de la transmission dans nos eaux usées des résidus médicamenteux que nous rejetons lorsque nous allons aux toilettes. L'enjeu est donc de se débarrasser de ces "restes" de médicaments.

Dans le documentaire Médicaments: la bombe à retardement de l'émission "Sur le front", on apprend qu'il n'existe aujourd'hui que quatre stations d'épuration en France qui sont dotés de filtres suffisamment puissants pour s'en débarrasser. 

Plus globalement, les chercheurs sont très préoccupés par l'amplification du phénomène de contamination de l'eau (dans les rivières par exemple) qui rend inefficaces les antibiotiques.

Des antibiotiques à titre préventif pour les animaux d'élevage  

Ces médicaments sont également utilisés pour la santé vétérinaire, pour nos animaux domestiques mais aussi pour les animaux d'élevage.

 

Dans le documentaire, Hugo Clément se rend chez un éleveur de lapins destinés à la consommation et explique qu'à cause de leur système immunitaire très fragile, ces animaux sont traités de manière préventive aux antibiotiques. "C'est une fuite en avant, car plus on en utilise, plus les bactéries apprennent à résister à ces médicaments et plus il faudra en utiliser".

D'ici 2050, l'antibiorésistance plus meurtrière que le cancer

Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), c'est aujourd'hui l’une des plus graves menaces pesant sur la santé mondiale. "Elle entraîne une augmentation des dépenses médicales, une prolongation des hospitalisations, une hausse de la mortalité (…) et atteint désormais des niveaux dangereusement élevés dans toutes les régions du monde." 

Si l’on n’inverse pas la courbe, l’antibiorésistance pourrait, d’ici à 2050, devenir plus meurtrière que le cancer.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.