“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Pourquoi 1.200 experts en cancérologie sont-ils réunis à Monaco?

Mis à jour le 02/02/2018 à 16:59 Publié le 02/02/2018 à 17:00
1200 spécialiste sont réunis jusqu'à samedi.

1200 spécialiste sont réunis jusqu'à samedi. Photo Jean-François Ottonello

Pourquoi 1.200 experts en cancérologie sont-ils réunis à Monaco?

La 13è Biennale monégasque de cancérologie se déroule jusqu'à samedi. Ce congrès rassemble nombre de disciplines et présente le travail réalisé à Monaco.

De nouveaux traitements, des approches interdisciplinaires, des recherches toujours plus pointues… Les avancées en matière d'oncologie existent et font reculer la mortalité. La 13e Biennale monégasque de cancérologie, sous le haut patronage du prince Albert II, rassemble depuis mercredi et jusqu'à samedi quelque 1.200 experts de renom. Parmi eux, des médecins et scientifiques de Monaco.

Le Dr Gilles Pagès récompensé

Hier soir, en présence du prince Albert II, le Prix Albert Ier a été remis à un Monégasque, le Dr Gilles Pagès, directeur de Recherche Inserm à l'Institut vieillissement et cancer de Nice et chargé de mission auprès du Centre scientifique de Monaco pour ses travaux concernant l'angiogenèse tumorale.

Ce prix, créé en 1921 par décision de l'Académie nationale de médecine, est destiné à récompenser un travail ayant fait progresser le diagnostic ou le traitement des cancers. Le Prix Michel Hery, fondateur de la Biennale de cancérologie, a également récompensé trois jeunes chercheurs afin de leur apporter un soutien financier dans leurs recherches et travaux sur le sujet.

Le Comité scientifique est composé d'experts en cancérologie reconnus au niveau national, ainsi qu'à Monaco et dans la Région Paca, comme le professeur Patrick Rampal, président du conseil d'administration du Centre scientifique de Monaco, l'Agence de recherche scientifique en Principauté; le Dr Cécile Ortholan, chef du service de Radiothérapie du CHPG; le Dr Georges Garnier, responsable du service d'Oncohématologie au CHPG; le Dr Gilles Pagès, directeur de recherche Inserm à l'Institut cancer vieillissement de Nice (Ircan) et chargé de mission au Centre scientifique de Monaco et le professeur Patrice Viens, directeur de l'Institut Paoli Calmettes, Centre de lutte contre le cancer à Marseille et président d'Unicancer.

Les professionnels unis

Ce rendez-vous en langue francophone, devenu au fil des années un temps fort de la cancérologie française, réunit, sous la présidence scientifique du professeur Xavier Pivot, directeur général du Centre Paul Strauss et administrateur de l'Institut régional de cancérologie de Strasbourg, l'ensemble des professionnels et acteurs de santé engagés dans la lutte contre le cancer aux côtés des patients.

Des cancérologues aux thérapeutes par les mains, comme Mireille Michéa qui œuvre au CHPG et interviendra vendredi matin. Toutes les disciplines sont engagées pour soulager et soigner les malades.

Jeudi soir, le prince Albert II était présent pour la remise du Prix Albert Ier au Dr Gilles Pagès, Monégasque, directeur de recherche Inserm à l'Institut Vieillissement et Cancer de Nice, chargé de mission auprès du Centre scientifique de Monaco.


La suite du direct