“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Soutenez l’info locale et Monaco-Matin > Abonnez-vous

Pour protéger ses aînés, Monaco interdit les visites dans la plupart des centres de soins

Mis à jour le 13/03/2020 à 08:53 Publié le 13/03/2020 à 08:33
Le Pr. Alain Pesce, chef de département de la filière gérontologie au CHPG, ce jeudi.

Le Pr. Alain Pesce, chef de département de la filière gérontologie au CHPG, ce jeudi. Jean-François Ottonello

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Pour protéger ses aînés, Monaco interdit les visites dans la plupart des centres de soins

Faisant suite aux mesures de protection des plus vulnérables prises en France, le gouvernement de la Principauté modifie désormais le régime des visites. Interdites pour certains, limitées pour d’autres

C’est une annonce qui fend le cœur, mais qui répond à un impérieux besoin (et demande) de sécurité sanitaire. Pour protéger les populations les plus vulnérables, à savoir les personnes les plus âgées, le Département des Affaires sociales a décidé d’interdire les visites dans certains établissements et de les limiter dans certains services.

"Il n’y a plus de visites autorisées au Cap Fleuri et à A Quietüdine, aux soins de longues durées et dans l’unité de soins Denis Ravera du Centre Rainier-III. Du 1er au 5e étage. A contrario, les patients de l’unité de soins de suite et de réadaptation, et de l’unité de gériatrie aiguë, peuvent recevoir une visite par patient et par jour", explique calmement le Pr. Alain Pesce, chef de département de la filière gérontologie au Centre hospitalier Princesse-Grace.

Depuis la grippe

Si la mesure est radicale, elle fait suite à un processus entamé depuis quelques semaines : "On a commencé par donner aux visiteurs des recommandations concernant le lavage des mains, par exemple. Ces mesures barrières étaient déjà en place depuis le mois de décembre, alors que la grippe arrivait à Monaco. Nous nous sommes appuyés sur ces mesures barrières dans un premier temps et à partir du moment où l’épidémie de Covid-19 s’est développée dans le monde, avec des cas en France et un cas à Monaco [désormais deux], nous avons durci, en limitant à une visite par patient et par jour. Et maintenant nous sommes obligés de réduire complètement les visites au sein de la filière gériatrique dès aujourd’hui (lire jeudi). »

RELIRE. Un deuxième cas positif de Coronavirus confirmé ce jeudi à Monaco

des tablettes numériques pour
que les patients
gardent le contact
avec leurs proches

Ces restrictions auront immanquablement un impact sur le moral des patients.

"On est typiquement dans la balance bénéfice/risque. Nous sommes face à une épidémie d’un virus qui est très transmissible et qui peut être dangereux chez les plus âgés, avec un taux de mortalité qui peut être élevé. Nous avons donc choisi la sécurité sanitaire. Mais nous sommes très conscients des difficultés que cela va entraîner pour les patients et leurs familles."

Pour limiter autant que possible les dommages, une partie du personnel accompagnera les patients dans l’utilisation de tablettes numériques munies d’application de visioconférence pour pouvoir se voir et se parler malgré tout.

Les intervenants extérieurs du domaine de l’animation ne sont plus autorisés non plus.

Autres fermetures

Le centre Speranza-Albert II, qui offre un accueil de jour thérapeutique, également aux personnes âgées, souvent en perte d’autonomie, est dorénavant fermé. Une redistribution des ressources humaines est à l’étude, pour accompagner les usagers, tout en les gardant à l’abri chez eux.

Les personnes relevant du centre de coordination gérontologique de Monaco, qui sont environ au nombre de 700, sont également maintenues à domicile. "Nous leur avons envoyé un courrier avec des recommandations sanitaires. Et nous téléphonerons régulièrement aux plus fragiles."


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.