"On a tous une amie, une sœur qui a un cancer du sein", mobilisation record pour le jogging rose à Nice

Mobilisation record, ce dimanche, pour le jogging rose organisé par « SOS Cancer du sein » qui a réuni près de 1.000 participants. Objectif: sensibiliser au dépistage et à l’importance du sport.

L. B Publié le 03/10/2021 à 18:12, mis à jour le 03/10/2021 à 18:20
Près d’un millier de personnes ont participé au jogging rose dimanche. (Photo Dylan Meiffret)

Musique, motivation, à fond. À fond, elle l’est Carine. Petite trentaine, frappée par la maladie en pleine jeunesse. Aujourd’hui, elle est debout, toujours sous immunothérapie, sous surveillance pendant sept ans, en équilibre entre la vie et la maladie, mais debout. Et elle marche. "La première fois que j’ai participé au jogging rose, c’était en 2018, entre deux séances de chimio", sourit-elle.

Depuis, année après année, elle recommence. Et toute la famille participe. Il y a ses parents, Joëlle et Charles, "tonton" Philippe, sa meilleure amie Cindy et ses deux petites filles: Manon et Anaïs. Tous en tee-shirt rose. "Tous avec elle".

Importance du sport

" Au début, on était six, aujourd’hui on est douze", sourit Carine. "Quand j’étais malade, il y a des jours où je ne pouvais pas faire cent mètres, aujourd’hui, je vais faire des kilomètres pour rappeler qu’on peut gagner et combien faire du sport est bénéfique", jure-t-elle.

 

L’importance du sport, c’est tout le message de "SOS Cancer du sein", qui organise "Jogging rose" depuis 2015. "On marche ou on court, ce n’est pas chronométré, ce n’est pas une compétition. L’idée, c’est de sensibiliser au dépistage et à l’importance de l’activité physique pour prévenir la maladie et pour celles qui sont touchés par le cancer dus sein. Mais aussi pour le cancer du côlon et de nombreuses autres pathologies", détaille Barbara Prot, la, présidente de l’association. Une association qui a battu, hier, un record de mobilisation. Pour faire passer ce message, pour promouvoir l’espoir, ils étaient près d’un millier, hier à marcher sur la Prom’, du jardin Albert-Ier à Lenval.

Les hommes aussi

Des femmes. Survivantes, résilientes, battantes, combattantes. Des hommes aussi. Et des enfants. Charles a le regard triste: "Je marche pour elle, pour ma femme, les médecins ne lui donnent plus que quelques mois à vivre. On a deux enfants", dit-il sans lâcher la main de ses fils, petits, blonds, bouclés. "Nous sommes aussi concernés: 25% des cancers du sein touchent des hommes", explique Didier dans le cortège. Alors il marche "solidairement pour les femmes, pour les hommes, pour tous". Solidaires aussi ce petit groupe de filles: Barbara, Sophie, Viviane, Sandrine, Nadine. "On n’est pas concernées directement mais on a tous une amie, une sœur qui a un cancer du sein. Il faut se bouger pour elles".

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.