“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

On a testé pour vous le test sérologique à Monaco

Mis à jour le 04/06/2020 à 18:58 Publié le 04/06/2020 à 18:58
Le test sérologique prend à peine plus de dix minutes.

Le test sérologique prend à peine plus de dix minutes. Photo Jean-François Ottonello

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

On a testé pour vous le test sérologique à Monaco

Les salariés monégasques sont finalement assez nombreux à participer, depuis mardi 3 juin, à la campagne de dépistage du Covid-19, entièrement gratuite, voulue par le gouvernement.

Jeudi et vendredi, c’était au tour des salariés dont le nom commence par C et D. L’occasion pour moi de faire d’une pierre deux coups: un test sérologique gratuit et un reportage sur la campagne de dépistage généralisée qui a débuté le 19 mai en Principauté.

Après les résidents pendant deux semaines et les enfants de moins de 5 ans mercredi après-midi, le tour est venu aux quelque 50.000 salariés monégasques non-résidents, depuis ce mardi 2 juin, de passer le Trod – Test rapide d’orientation diagnostique – et découvrir ainsi s’ils ont été en contact avec le coronavirus et s’ils ont développé des anticorps.

Autant lever le suspense tout de suite: ce n’est pas mon cas. Comme la plupart des 20.400 résidents et salariés monégasques à avoir accepté de subir ce test, je suis négatif.

À ce jour, 3% de la population dépistée est positive au test Covid. Ce qui est à la fois une bonne et une mauvaise nouvelle, estime le Dr Repiquet, bénévole à la Croix-Rouge monégasque et responsable du centre de dépistage installé au Grimaldi Forum.

Heures de pointe

À ce jour, 3% de la population dépistée est positive au test Covid.
À ce jour, 3% de la population dépistée est positive au test Covid. Photo Jean-François Ottonello

L’organisation y est particulièrement bien huilée. À l’entrée de l’Espace Ravel, immanquable avec toute la signalétique installée autour du centre de congrès et jusque dans les ascenseurs, vous êtes accueilli par le sourire d’une jeune femme que l’on devine derrière son masque, qui vous prend la température – vous serez refoulé si vous avez plus de 37,8° – et vous invite à vous laver les mains au gel hydroalcoolique.

Quelques instants plus tard, les hôtesses du Grimaldi Forum, tout aussi souriantes derrière leur masque, vous font remplir un document et vous installent à une table, face à un "piqueur", celui qui va pratiquer le test sérologique.

Le mien s’appelle Valentin, un étudiant beausoleillois formé par la Croix-Rouge Monégasque. Un bataillon de 23 piqueurs, composé pour moitié de bénévoles de la Croix-Rouge, mais aussi de carabiniers, de pompiers et de membres de l’association Fight Aids Monaco.

Ils piquent, certes, mais ils rassurent, aussi, et répondent à toutes les questions que l’on se pose.

Le test en lui-même dure à peine plus de dix minutes. Et même aux heures de pointe pour les salariés (le matin à 7h30, à l’heure du déjeuner et après 17h), "ça reste fluide", assure Emma, une hôtesse du Grimaldi Forum.

Si vous êtes négatif, vous repartez aussitôt. Si vous êtes positif, le Dr Repiquet vous recevra pour vous prescrire une prise de sang et, le cas échéant, un test PCR pour confirmer votre positivité.

Jeudi, 3.900 salariés avaient fait le déplacement, soit un taux de participation de 30%. La campagne de test, entièrement gratuite – à l’exception du parking – se poursuit jusqu’au 13 juin.

Philippe Repiquet, médecin référent au centre de dépistage du Grimaldi Forum.
Philippe Repiquet, médecin référent au centre de dépistage du Grimaldi Forum. Photo Jean-François Ottonello
"On ne sait pas grand-chose de ce virus"

Questions à Philippe Repiquet, médecin référent au centre de dépistage du Grimaldi Forum.

Je suis négatif au test sérologique. C’est une bonne nouvelle?
"Ce n’est pas une mauvaise nouvelle. À la limite, il vaut mieux être positif sans avoir développé la maladie. Auquel cas, en théorie, vous êtes immunisé. Mais on ignore pour combien de temps. L’épidémie est trop récente pour connaître la durée de l’immunité contre le coronavirus."

Mais alors, quel est l’intérêt de venir se faire tester?
"Les deux tiers des personnes ne savent pas qu’elles ont été en contact avec le virus, qu’elles ont développé des anticorps sans être malades."

Le test que vous utilisez, de marque Medsan, est-il fiable?
"Il est très sensible. Il a été développé en Allemagne, validé au Luxembourg et testé en Suisse sur des milliers de personnes. Ainsi, 70% des tests positifs ou douteux s’avèrent ensuite effectivement positifs, et 30% sont des faux positifs. Par rapport à d’autres tests que nous avons essayés, celui-ci est vraiment sensible."

Vous voulez donc dire qu’il est efficace. Mais alors, pourquoi ne figure-t-il pas dans la liste des 23 tests sérologiques agréés en France?
"Je ne sais pas. Je peux juste vous assurer que le test que nous utilisons est fiable."

Vous commenciez par dire qu’il valait mieux être positif. Or, l’écrasante majorité des personnes testées à Monaco, pour l’instant, est négative, avec seulement 2,5% de cas positifs, pour l’instant…
"On se retrouvera même en dessous de 2% de tests positifs, à mon avis. Et ce, en dépit de la sensibilité de notre test."

La population monégasque sera donc peu immunisée. Mauvaise nouvelle…
"C’est vrai. Mais il y a aussi une bonne nouvelle: j’ai vu des familles entières, confinées ensemble, dont les membres ne sont pas tous positifs. J’ai reçu ici une famille de sept personnes, dont deux ont été malades. Les grands-parents. Tous ont été en présence du virus. Les cinq autres membres de la famille sont négatifs. Il semblerait qu’il existe une protection naturelle."

Laquelle? Des anticorps consécutifs à une exposition à un autre coronavirus?
"On ne sait pas encore vraiment comment l’expliquer. J’ai eu un autre cas: une famille de quatre personnes, où les deux positifs étaient les enfants. Ils étaient, pour leur part, asymptomatiques. J’ai suivi aussi le cas d’un bateau avec neuf marins à bord. Le cuisinier a attrapé le virus à Gênes. Eh bien, quatre marins ont eu quelques symptômes et les cinq autres n’ont jamais rien eu."

Et pourtant, sur le porte-avions Charles-de-Gaulle, le virus s’est rapidement propagé…
"Ça veut dire qu’on ne sait pas grand-chose de ce virus et qu’on en apprend tous les jours. Tout le monde tâtonne, chacun veut apporter ses vérités. Mais comme disait Coluche, “Quand on en sait si peu, il vaut mieux fermer sa gueule.”"

Que pensez-vous de cette campagne de tests menée à Monaco?
"Elle est utile pour savoir où en est la population au niveau épidémiologique. Et ça nous permet de voir que des gens sont protégés, sans que l’on sache pourquoi. Et c’est probablement pour ça que l’épidémie ne progresse pas."


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.