“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

"Nous sommes face à une nécessité de grandir": Albert Croesi fait un point sur la crise sanitaire à Monaco

Mis à jour le 12/07/2020 à 20:30 Publié le 12/07/2020 à 20:16
Le projet Ida va bientôt être lancé et Albert Croesi se veut rassurant : « C’est tout un quartier qui aura été rénové et dans lequel il fera bon vivre.

Le projet Ida va bientôt être lancé et Albert Croesi se veut rassurant : « C’est tout un quartier qui aura été rénové et dans lequel il fera bon vivre. Photos J.D

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

"Nous sommes face à une nécessité de grandir": Albert Croesi fait un point sur la crise sanitaire à Monaco

En charge du cadre de vie, Albert Croesi retrouve les problématiques du « monde d’avant » la crise sanitaire. Et même plus encore parfois quand il s’agit de rattraper le temps perdu.

La crise sanitaire n’a rien changé à son franc-parler. Albert Croesi, conseiller interministériel auprès du ministre d’État en charge du Cadre de vie et des Relations avec les usagers, retrouve les tracas du « monde d’avant ». Avec, parfois, une donnée supplémentaire : la nécessité de rattraper le temps perdu durant le confinement. Alors, plus que jamais, difficile de conjuguer développement économique et tranquillité. Albert Croesi veut rester pragmatique.

Le déconfinement fait rejaillir la problématique des nuisances liées au chantier. Y a-t-il plus encore de plaintes voire d’exaspérations exprimées ?
Aujourd’hui, vous me parlez de la problématique des nuisances liées aux chantiers. Demain, quand le télétravail aura pris fin et que tous les salariés reviendront travailler sur site, vous me parlerez de la problématique liée à la circulation. Pour ma part, je vous répondrai que le déconfinement n’amène pas que des problématiques mais, fort heureusement et il faut s’en réjouir, la reprise d’une vie normale, avec malgré tout, vous pouvez l’imaginer, un retard considérable à rattraper dans beaucoup de secteurs. Les chantiers en sont un.
J’ai entendu bien plus de personnes être exaspérées d’être confinées, à l’arrêt, inquiètes pour l’avenir de leur société et pour leur emploi que de personnes qui se plaignent de la reprise et des petits tracas quotidiens.

Comment faire admettre une qualité de vie parfois dégradée ?
En disant la vérité. Le bruit et les embouteillages sont la conséquence du dynamisme économique du pays. Qui n’avance pas recule ! Nous sommes face à une nécessité de grandir et de se développer afin que les générations futures puissent profiter, elles aussi, de tous les avantages dont bénéficient, depuis des années, les Monégasques et les résidents de Monaco. Faut-il expliquer aux Monégasques que dans quelques mois, « grâce » aux désagréments du jour, leurs enfants n’auront plus à attendre plusieurs années pour être attributaires d’un appartement Domanial ? Aux « Enfants du Pays » que la construction de plusieurs centaines d’appartements Domaniaux libérera le secteur protégé ? Aux résidents étrangers que le terme « taxe foncière » ne fera toujours pas partie du vocabulaire monégasque ?

L’exigence de “tranquillité” a-t-elle augmenté avec la crise sanitaire ?
C’est possible, mais la crise sanitaire n’est que le prétexte du moment et nous avons les spécialistes de « l’exigence ». Les personnes de bon sens ont moins d’exigences et savent apprécier.

Où en est le projet Ida ? Les riverains sont-ils inquiets ?
« Ida » va en effet démarrer sous peu et il est probable que les riverains soient inquiets. Avec le lancement du projet Ida, oui, il va y avoir du bruit et des inconvénients liés à un chantier. Mais à l’issue, c’est tout un quartier qui aura été rénové et dans lequel il fera bon vivre. Là encore, nous devons accepter de supporter des désagréments quelques mois et penser que les générations futures en cueilleront les fruits.

Le Covid-19 pourrait-il selon vous ralentir le plan logement pour les Monégasques ?
Je ne le pense pas, sauf si pour les « exigences » de certains nous stoppons le développement de la Principauté.

La pandémie a fait apparaître des tensions entre Conseil national et Gouvernement. Pensez-vous que la crise a été bien gérée ?
Il est bien normal qu’il y ait de temps en temps des tensions entre le Conseil National et le Gouvernement. Je dirai même que c’est rassurant. C’est dans la différence et la confrontation que des idées naissent et que l’on devient meilleur. Je ne me hasarderai pas à me prononcer sur la gestion de la crise et vous dirai simplement que je remercie tous les jours Sainte Dévote pour avoir veillé sur nous avec beaucoup de bienveillance.

Le ministre d’État vous a confié toujours plus de dossiers. Ce cadre interministériel pourrait-il changer avec l’arrivée du nouveau ministre en septembre ?
Je dis souvent que Monaco est le Pays du « Tout est possible » ! Cela étant dit, il n’y aura de ma part ni retrait, ni zèle, ni revendication. Le futur Ministre d’État décidera de ce qu’il voudra.

Monaco a développé la location de vélos électriques dans le cadre de la qualité de vie. Avec le covid, c’est aussi une alternative aux transports en commun choisie par nombre de grandes villes. Que pensez-vous de ce service ?
Comme toujours, tout est très bien dès lors que l’on reste dans du raisonnable.
Je ne suis pas persuadé que ce développement considérable de vélos électriques atteigne sa cible : alléger la circulation automobile dans les rues de la Principauté.
Je ne partage pas l’idée que nos voies de circulations permettent le passage en même temps d’automobiles, de camions, de bus et de trop de vélos sans créer de vrais dangers.
En revanche, le quai Albert-Ier, vide de tout, est un très bel endroit pour faire du vélo, et très bientôt, il sera possible de profiter, au Larvotto, d’une piste cyclable qui a été réfléchie et qui écarte tous dangers pour les utilisateurs.
Au-delà, tous nos parkings sont complets et nous avons, ne serait-ce que pour permettre à nos commerces de survivre, un vrai besoin de places de stationnement en surface. Des pistes cyclables et la multiplication de stations de recharges nous en prive. À cette allure, je m’attends à ce que nous en perdions bientôt d’autres, pourquoi pas au profit de stations de gonflage de pneu ? de réparation minute ?… Je ne suis pas un suiveur de mode et je préfère apprécier nos vrais besoins et nos contraintes avec lucidité et pragmatisme.

500 M€ dû au Covid-19 et théoriquement 150 M€ d’indemnités à payer au groupe Caroli : la facture est lourde pour les finances de l’État…
Le Gouvernement n’est pas responsable du Covid. Peut-on lui reprocher, ainsi qu’au ministre d’État, d’avoir injecté beaucoup d’argent pour venir en aide et sauver des entreprises touchées par cette crise sans précédent ?
Peut-on reprocher au Gouvernement et au ministre d’État d’avoir voulu sauver notre sol suite à des engagements irresponsables pris en d’autres temps ? Fallait-il laisser les Monégasques se faire déposséder de leur bien le plus précieux, leur terre, et l’abandonner, par facilité ou par désir de longévité, au profit exclusif d’une poignée d’individus ?
Ces 150 millions sont un investissement pour préserver notre patrimoine, et non pas une perte « sèche ». Au besoin, le Gouvernement pourra lui-même exploiter cette surface pour en retirer bien plus que les 150 millions qu’il faut bêtement, à présent débourser.
Dans tous les cas, je suis convaincu que le Conseil National d’aujourd’hui, en qui j’ai une grande confiance pour être le farouche gardien de l’intérêt des Monégasques, n’aurait pas permis de désaffecter le moindre cm² au profit d’un promoteur, quel qu’il soit. Aucune contrepartie ne saurait être suffisante pour justifier, surtout à cet endroit, de la perte de notre sol. Il y aurait donc eu d’autres problèmes au moment du vote de la loi de désaffectation, et désormais, grâce à l’action du ministre d’État et de son Gouvernement, le Conseil National en est préservé et l’affaire est définitivement réglée.
L’argent se gagne pour être dépensé à bon escient. C’est précisément le cas concernant ces deux sujets que vous abordez et ce sont d’immenses mercis et non pas des critiques que nous devons adresser au Gouvernement et au Ministre d’État pour avoir œuvré dans l’intérêt de l’ensemble des Monégasques et non pas pour servir des intérêts particuliers.

Le projet Ida va bientôt être lancé et Albert Croesi se veut rassurant : « C’est tout un quartier qui aura été rénové et dans lequel il fera bon vivre.
Le projet Ida va bientôt être lancé et Albert Croesi se veut rassurant : « C’est tout un quartier qui aura été rénové et dans lequel il fera bon vivre. Photo Cyril Dodergny

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.