Monaco lance une nouvelle campagne de dépistage Covid-19 à la rentrée pour les scolaires et les salariés

Les vacances étant plus propices aux déplacements à l’étranger, le gouvernement princier va lancer une campagne de dépistage dans les établissements scolaires de Monaco à la rentrée des vacances de février.

Article réservé aux abonnés
La rédaction Publié le 07/02/2022 à 12:00, mis à jour le 07/02/2022 à 11:13
Cette campagne de dépistage sera aussi menée auprès des enseignants sur la base du volontariat. Photo Stéphane Danna/Dir COM

Sur un modèle identique à ce qui avait été organisé le 3 janvier dernier après les vacances de fin d’année, le gouvernement princier a décidé d’organiser une nouvelle campagne de dépistage de grande ampleur en milieu scolaire à l’issue des vacances scolaires de février.

Plusieurs milliers d’autotests seront mis à la disposition des établissements scolaires pour les enseignants et les élèves à la rentrée. Sur base volontaire pour les adultes et sous réserve de l’autorisation parentale pour les enfants, ils seront invités à se tester en classe le lundi 21 février, jour de rentrée des classes à l’issue des congés de février.

Un résultat en 15 minutes

Les autotests sont identiques à ceux qui ont été utilisés à la rentrée de janvier. Il s’agit d’autotests rapides, non invasifs et faciles d’utilisation, recommandés par les pédiatres. Concrètement, il s’agit d’effectuer un prélèvement nasal à l’aide d’une petite éponge à insérer juste à l’entrée des narines. Il délivre un résultat après 15 minutes.

 

L’objectif de ce dépistage rapide est de permettre à un maximum de personnes de se tester après la période de congés, propice aux interactions sociales. Les personnes testées positives sont ainsi rapidement repérées afin de limiter le plus possible les chaînes de contamination.

En janvier dernier, près de 5.000 personnes, enseignants, élèves et personnels scolaires avaient fait le test.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.