Miss Côte d'Azur marraine d'une opération contre les cancers pédiatriques ce samedi à Monaco : "J’ai moi-même été victime de cette maladie étant petite"

Le Trott'N'Roll de la Fondation Flavien bat son plein ce samedi sur la promenade Honoré-II. Et le village d'animations voué à lever des fonds pour lutter contre les cancers pédiatriques accueille avec bonheur une nouvelle marraine : Flavy Barla. Etudiante en médecine, Miss Côte d'Azur, entend prendre son rôle à cœur et s'investir "à fond" pour égayer le quotidien d'enfants touchés par la maladie comme elle plus jeune.

Thomas Michel Publié le 17/09/2022 à 15:29, mis à jour le 17/09/2022 à 15:33
Flavy Barla, Miss Côte d'Azur 2022, ce samedi aux côtés du président-fondateur de la Fondation Flavien Denis Maccario, et du parrain de l'association et président du Conseil national, Stéphane Valeri. Thomas Michel

Bachelière à 16 ans, étudiante en troisième année de médecine à Nice, reine de beauté élue Miss Côte d’Azur en août dernier et prétendante à la couronne de Miss France, la Niçoise Flavy Barla a, de prime abord, tout pour elle. Mais comme souvent le vernis masque des failles, des cicatrices et des souffrances.

Flavy, qui révèle avoir été victime d’un cancer dans son enfance, a accepté d’être la marraine du Trott’N’Roll  de la Fondation Flavien, ce samedi à Monaco, pour accompagner les enfants malades et leurs proches.


Est-ce votre première opération caritative depuis que vous portez l’écharpe de Miss Côte d’Azur ?
Oui, c’est la première. D’ailleurs c’est la première qui m’a contactée. Après évidemment si je peux élargir tout ça je le ferai, mais d’abord je reste à fond avec la Fondation Flavien parce que ça me touche énormément.


Vous connaissiez la Fondation avant d’être élue ?
De nom, mais je ne m’attendais absolument pas à devenir marraine. Ne serait-ce que par rapport à mon prénom ça m’a semblé évident, et cela m’a tout de suite touchée. Je suis en 3e année de médecine et je sais à quel point ce genre de fondation est importante pour faire avancer les choses, parce qu’on n’a pas toujours les fonds.

 

"Je peux comprendre, comme mes parents, à quel point c’est important d’avoir du soutien"


Ce rôle de marraine vous permet d’ailleurs d’échanger avec des chercheurs et médecins…
Oui c’est une richesse énorme pour moi. J’aime rappeler que ce titre de Miss Côte d’Azur n’est pas du tout pour me mettre en avant mais pour faire des rencontres exceptionnelles et hyper enrichissantes.


Le combat de Denis Maccario (président-fondateur de la Fondation Flavien) nous touche tous car le cancer ternit le quotidien de chaque famille.Cette lutte contre la maladie est un sujet à fleur de peau chez vous ?
Oui, c’est extrêmement important parce que j’ai moi-même été victime de cette maladie étant petite. Je peux comprendre, comme mes parents, à quel point c’est important d’avoir du soutien et de se sentir accompagnée dans ce genre d’épreuve.


Vous l’étiez ?
Le soutien moral est primordial. Mes parents étaient assez entourés mais ce que l’on peut faire de nos jours est bien différent de ce que l’on pouvait faire à mon époque. Après j’étais assez jeune et ne me rends pas forcément compte de l’impact que cela peut avoir pour la famille et l’entourage. Mais quand on nous raconte quelques années après, on se dit qu’on n’aurait jamais voulu être seule à ce moment-là. C’est important de savoir qu’il y a gens comme nous, qui subissent ou ont subi la même chose.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.