Mais au fait, qui se fait le plus vacciner à Antibes?

Ce mardi matin, ce sont 56.482 injections qui ont été effectuées depuis l’ouverture du centre de vaccination situé chemin Saint-Claude à Antibes Juan-les-Pins. Quel est le profil de ceux passés entre les mains de l’équipe médicale?

M. D. Publié le 25/05/2021 à 18:15, mis à jour le 25/05/2021 à 18:28
Près de 60.000 personnes se sont fait vacciner à Antibes depuis l’ouverture du centre. Clément Tiberghien

Ouvert de manière plus large à toutes les catégories de population, le centre de vaccination d’Antibes continue de fonctionner du lundi au samedi. Ouvert depuis le 15 janvier, l’espace installé au sein de la maison des associations du chemin Saint-Claude accueille les Antibois mais également les Villeneuvois. Mais quel est le profil des vaccinés sur ce territoire?

Sans surprise, la part de la population considérée comme âgée et donc à risque est la plus concernée (86,09% des +75 ans ont reçu leur première injection tout comme 89,68% des 70-74 ans).

Pour autant, le taux des générations suivantes continue de grimper au fil des semaines. Ainsi, 20% des moins de 50 ans ont reçu leur première injection. Quant aux 50-59 ans, classés en deux catégories, ils se rapprochent du 50%. Concernant les sexagénaires, ce sont plus de 64% qui ont tendu leur épaule pour recevoir une dose.

 

Quant à la deuxième injection, le phénomène est le même: les plus jeunes sont encore peu représentés puisque le délai avant de revenir une seconde fois au centre s’étale sur six à huit semaines. Ainsi, 76,45% des + de 75 ans auraient mené leur démarche sanitaire.

Selon les prévisions des inscriptions jusqu’à la fin de la semaine, les pourcentages grimpent. Permettant notamment aux 70-74 ans d’atteindre 90,31% de leur population étant primo-vaccinées.

À noter: ces chiffres prennent également en compte les doses administrées au sein du centre hospitalier d’Antibes-Juan-les-Pins.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.