“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Soutenez l’info locale et Monaco-Matin > Abonnez-vous

L'UE appelée à voter sur la réouverture de ses frontières aux pays tiers dès le 1er juillet

Mis à jour le 29/06/2020 à 18:38 Publié le 29/06/2020 à 18:38
Des personnes font la queue pour se faire dépister au coronavirus, le 24 juin 2020 à Miami Beach, en Floride.

Des personnes font la queue pour se faire dépister au coronavirus, le 24 juin 2020 à Miami Beach, en Floride. Photo AFP

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

L'UE appelée à voter sur la réouverture de ses frontières aux pays tiers dès le 1er juillet

Les gouvernements européens ont jusqu'à mardi midi pour décider d'ouvrir ou non les frontières de l'UE dès le 1er juillet aux voyageurs d'une quinzaine de pays tiers dont la situation épidémiologique est jugée satisfaisante, excluant de fait les Etats-Unis.

Dans la liste des visiteurs admis dans l'UE et l'espace Schengen figurent:

- l'Algérie,
- l'Australie,
- le Canada,
- la Géorgie,
- le Japon,
- le Monténégro,
- le Maroc,
- la Nouvelle-Zélande,
- le Rwanda,
- la Serbie,
- la Corée du Sud,
- la Thaïlande,
- la Tunisie
- et l'Uruguay.

La Chine en fait aussi partie sous condition de réciprocité, c'est-à-dire si elle accueille sur son sol les voyageurs venant de l'UE.

Sont en revanche exclus de cette liste, qui a vocation à être actualisée toutes les deux semaines, les Etats-Unis, pays le plus touché au monde par la pandémie de Covid-19 avec 125.709 morts et 2,53 millions de cas répertoriés.

N'y figurent pas non plus le Brésil, la Russie, l'Inde, la Turquie et Israël notamment.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.