“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

"L’hypnose est la méthode la plus efficace pour lutter contre toutes les formes d’addiction"

Mis à jour le 03/12/2019 à 11:15 Publié le 03/12/2019 à 14:00
"Avec l’hypnose, l’idée est de rendre la béquille inutile, voire gênante", résume Christine Magat, psychologue et hypnothérapeute.

"Avec l’hypnose, l’idée est de rendre la béquille inutile, voire gênante", résume Christine Magat, psychologue et hypnothérapeute. Photo A. F.

"L’hypnose est la méthode la plus efficace pour lutter contre toutes les formes d’addiction"

Tabac, cannabis, jeux vidéo, d’argent, sexe... L’hypnose peut participer au traitement de tous les types d’addictions en agissant sur l’inconscient.

«L’hypnose est la méthode la plus efficace pour lutter contre toutes les formes d’addiction". Christine Magat, psychologue et hypnothérapeute azuréenne, est formelle.

Cette ancienne DRH d’un grand groupe a réorienté sa carrière professionnelle et passé plusieurs diplômes en hypnothérapie.

"Si l’aventure de l’hypnose est souvent tentée pour arrêter de fumer, l’état hypnotique permet de toucher d’autres formes d’addictions: aux jeux, à la nourriture, aux médicaments, à l’alcool, au sexe, à des drogues… On fait entrer le patient dans un état proche de la transe, entre le sommeil et l’éveil, on le coupe du monde extérieur pour le plonger dans une hyperconnexion à son monde intérieur et son inconscient."

Le pouvoir de l’inconscient

Pour expliquer le processus mis en œuvre, Christine Magat utilise une image très explicite: "Notre corps est comme un smartphone, livré avec des applications de base, comme respirer, manger, dormir, etc. Au fil de la vie, on ajoute des applis ou bien certaines se greffent toutes seules. Avec l’hypnose, on entre dans les rouages de ce smartphone et on guide le patient pour qu’il puisse soit déprogrammer une appli, soit en changer la programmation."

Bien sûr, la réussite de la démarche dépend aussi de la motivation du patient et de l’énergie qu’il va mettre pour atteindre son objectif.

"La personne ne doit pas s’attendre à ce que l’hypnothérapeute agisse à sa place. Parfois même, le problème ne vient pas du besoin de nicotine ou de l’appétence pour les jeux ou autres, et ma formation de psychologue permet de défaire les nœuds et libérer le patient de ce qu’il croyait être une addiction."

Le cœur de la technique est de s’affranchir de toutes les limites et de tous les empêchements du conscient.

Car on est conscient que l’on mange, que l’on fume, ou encore que l’on boit trop. On sait que c’est nocif. "Mais notre conscience n’a pas ou n’a plus la capacité d’atteindre ses objectifs, poursuit l’hypnothérapeute. Quand le conscient peut réfléchir à deux ou trois choses en même temps, les possibilités de l’inconscient sont, elles, bien supérieures et c’est pour cela qu’il est un allié de choix!"

Jamais sans ma béquille?

L’addiction est-elle comparable à une béquille essentielle à l’équilibre? "Oui, un peu, mais je ne suis pas là pour traiter la béquille. Je ne vais pas regarder si elle est fragile ou épaisse. Je vais regarder comment le patient s’appuie dessus. Pourquoi il en a besoin. Deux enjeux pour faire disparaître une addiction: installer l’état hypnotique et trouver les blocages inconscients qui empêchent le patient d’avancer, d’atteindre son objectif."

Pour elle, "l’idée avec l’hypnose c’est de rendre la béquille inutile, voire gênante."

Combien de séances pour se libérer de son addiction? Une, deux, trois, dix? "L’hypnose est une thérapie brève mais cela ne signifie pas nécessairement “one shot” [en une seule fois, Ndlr]. Tout dépend du patient et de ce qu’il veut bien livrer."


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.