Rubriques




Se connecter à

L’hôpital de Monaco prépare son retour à "la normale"

Le CHPG a annoncé ce vendredi préparer le retour des activités habituelles dans ses services. Ce qui permettra aux patients de se soigner, et aux soignants d’aller aider dans d’autres hôpitaux. Certains sont d’ailleurs en partance pour Mulhouse.

Ludovic mercier lmercier@nicematin.fr Publié le 17/04/2020 à 21:45, mis à jour le 17/04/2020 à 21:59
Deux unités dédiées au coronavirus vont être désarmées, et pourront être réarmées en une demie journée en cas de besoin.  Photo Dir.Com

Nous vous le disions: il y a comme un parfum de libération qui flotte dans l’air. Non pas que nous y soyons arrivés, il est bien trop tôt pour le dire, mais surtout parce que tous les secteurs 'endormis' semblent revenir à la vie.

C’est ainsi que le Centre hospitalier Princesse-Grace de Monaco va reprendre ses activités autres que Covid-19, comme l’a annoncé Benoîte de Sévelinges, sa directrice, hier lors d’un point presse téléphonique.

"Nous avons désarmé deux unités Covid-19, qui peuvent être remises en fonction en une demi-journée", a-t-elle précisé. Une précaution utile dans la mesure où l’on ne sait pas vraiment où l’on en est de l’évolution de l’épidémie.

La cardiologie et la chirurgie (hors patients à risques Covid-19) vont ainsi reprendre dès la semaine prochaine, dans des conditions un peu particulières: "Nous allons considérer que tous les patients sont potentiellement porteurs du virus, de manière à protéger tout le monde", a expliqué la directrice de l’établissement.

 

"À partir de la semaine prochaine, tous les patients qui rentreront à l’hôpital devront avoir un masque".

En revanche, pas question pour l’instant d’autoriser à nouveau les visites: "pas tant que l’on est en confinement".

Revenir à l’hôpital

L’hôpital, qui a perdu par moments jusqu’à 80 % de son activité (hors psychiatrie, maternité et gériatrie), se remet en ordre de bataille pour accueillir les patients qui ne venaient plus, et dont la santé préoccupe les praticiens de l’établissement.

"Les gens ont préféré ne plus venir pour deux raisons. Ils ont peur de déranger, or, les hôpitaux sont vides, nous en avons parlé avec nos collègues du 06. Et ils ont peur d’être contaminés, or l’hôpital est probablement l’un des lieux les plus sûrs où l’on peut évoluer sans être contaminé."

 

Aider Mulhouse

Ça va tellement bien au CHPG que la direction a décidé de répondre à l’appel de l’ARS (Agence Régionale de Santé), en envoyant des forces vives à Mulhouse, où la situation est très difficile.

Le Dr Jean Catineau est parti dimanche dernier, pour sept jours. Trois autres médecins vont partir à tour de rôle pour 7 jours. Les infirmiers et aides-soignants partiront pour une durée de 15 jours.

"Il n’a pas été difficile de trouver des volontaires. Ce qui a été compliqué, c’était plutôt de les retenir, explique Benoîte de Sévelinges. Ça faisait longtemps qu’ils voulaient y aller, mais on attendait de voir si on était en capacité de s’occuper de la population dont on est responsable. À partir du moment où cela s’est confirmé, il n’était pas question de les empêcher de partir."

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.