Les taxis délocalisent le clapping jusque sous les fenêtres des hôpitaux de Cannes, mais aussi Grasse et Antibes

Il y avait le clapping depuis les fenêtres et balcons. Il y a dorénavant le clapping délocalisé sous les fenêtres des hôpitaux.

M. L. Publié le 09/04/2020 à 20:58, mis à jour le 09/04/2020 à 20:59
Les taxis de Cannes et de Grasse ce soir devant leur établissement hospitalier respectif. Photo DR

Ce jeudi soir, à 20 heures, dans un mouvement conjoint, des taxis de Cannes, Grasse et Antibes se sont dirigés vers les centres hospitaliers Simone-Veil, Clavary et La Fontonne "pour rendre hommage aux soignants", résumait Eric Matteoda, président de l’Union des taxis PACA.

Il soulignait une action solidaire, marquée par des applaudissements nourris jeudi soir, à l’initiative des taxis locaux représentés par leurs présidents : Patricia Bonod (Grasse), Jean-Pierre Romana (Antibes) et Philippe Ciarapica (Cannes).

Un geste annoncé qui a notamment ému les urgentistes de Cannes venus prendre leur service plus tôt pour ne pas louper ces quelques minutes d’un hommage original, mais toujours aussi émouvant. D’autant qu’il s’est superposé aux habituels clappings de plus en plus nombreux venant des habitants confinés.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.