“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Les taxis de Monaco offrent les courses médicales

Mis à jour le 27/03/2020 à 15:57 Publié le 27/03/2020 à 14:42
 Les taxis participent à l’élan de solidarité pendant la crise sanitaire.

Les taxis participent à l’élan de solidarité pendant la crise sanitaire. Photo Jean-François Ottonello

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Les taxis de Monaco offrent les courses médicales

Depuis lundi, l’Association des exploitants taxis indépendants de Monaco (AETIM) transporte gratuitement les patients. Un chauffeur est même allé jusqu’à Marseille… deux fois !

Il est 19 h 30, ce mardi. Une sexagénaire se prépare à se lever très tôt le lendemain matin. Une ambulance doit venir la récupérer devant chez elle à 5 h 30, pour la conduire à Marseille. Cette résidente monégasque a un important rendez-vous médical à l’hôpital de La Timone. Elle doit y subir une chimio nucléaire. Elle est censée être hospitalisée trois ou quatre jours dans la cité phocéenne.

Il est 19 h 30 lorsqu’elle apprend que l’ambulance ne pourra pas assurer son transport.

L’idée est venue en voyant passer un bus

Branle-bas de combat dans la famille. La fille de la dame poste un message sur le groupe Facebook « Aides pour les résidents à Monaco pendant le confinement !! » Un chauffeur de taxi de la Principauté, membre de ce groupe, repère l’alerte et poste à son tour un message sur la messagerie Whatsapp qui réunit la quasi-totalité des 95 chauffeurs de taxi de Monaco.

Cinq minutes plus tard, Benoît, taxi n° 17, se porte volontaire pour conduire la dame à Marseille. Gratuitement. Depuis lundi, en effet, les taxis de Monaco effectuent des transports médicaux bénévolement.

L’idée est venue d’un chauffeur de taxi qui, dans sa station, a vu passer un bus avec des personnes âgées à l’intérieur. « On s’est dit que ce n’était pas possible de laisser des personnes âgées ou vulnérables dans les transports en commun, exposés au virus », explique Jean-Luc, porte-parole de l’AETIM, l’Association des exploitants taxis indépendants de Monaco.

« Dès le vendredi 13 mars, poursuit-il, nous avons proposé nos services à la mairie et au gouvernement. Pour des raisons sanitaires, on nous a dit que ce ne serait pas possible pour nous de faire du transport médical. Et puis, en début de semaine, face aux besoins croissants, on nous a dit OK. » À condition que les voitures soient désinfectées après chaque transport et que les chauffeurs soient protégés avec un masque.

La question du masque sera vite réglée, la société monégasque MC-clic, qui en produit depuis une semaine, ayant proposé de leur en offrir (lire en page 9). Et depuis lundi, les taxis de Monaco offrent les courses à tous les patients qui leur sont adressés par la mairie ou la Direction des affaires sanitaires et sociales (1).

Depuis le début de la semaine, la quasi-totalité des courses sont médicales, essentiellement entre le domicile et le Centre hospitalier Princesse-Grace. Environ 60 % d’entre elles sont gratuites.

Payé par le sourire de la sexagénaire

Le cas du voyage à Marseille est un peu particulier, compte tenu de la distance. D’autant que Benoît l’a effectué deux fois. « Mercredi soir, sa fille m’a appelé en catastrophe, en me disant qu’il fallait aller récupérer sa maman le lendemain, que l’hôpital ne pouvait pas la garder. Je n’ai pas hésité, j’ai accepté immédiatement de retourner à Marseille. Je viens de rentrer à Monaco. »

C’était jeudi. Benoît sera donc allé deux fois à Marseille, sans percevoir le moindre euro sur ces deux longues courses. « J’ai donné un reçu à la dame.

Quand elle se fera rembourser par les Caisses sociales, elle me remboursera juste les frais d’essence et de péage, et je verserai le solde de la course à une œuvre caritative. »

Un transport longue distance bénévole qu’il ne regrette pas, bien au contraire. « Le sourire et les larmes de cette dame quand je l’ai déposée m’ont largement payé. »


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.