Rubriques




Se connecter à

Les sous-variants BA.4 et BA.5 qui relancent l'épidémie de Covid-19 sont-ils plus virulents?

La rédaction Publié le 12/06/2022 à 08:16, mis à jour le 12/06/2022 à 08:09
Un service hospitalier dédié à la Covid-19 (ici à Nice). Photo François Vignola

Question de Samira

Les sous-variants BA.4 et BA.5 qui relancent l'épidémie de Covid-19 sont-ils plus virulents?

Bonjour Samira, 

Avec un respect moindre des gestes barrières, les sous-variants d'Omicron BA.4 et BA.5 sont soupçonnés d'être à l'origine de la reprise épidémique observée en France depuis la toute fin du mois de mai. 

Identifiés début avril par des chercheurs du Botswana et d'Afrique du Sud, ces nouveaux sous-variants d'Omicron ont en fait probablement émergé entre mi-décembre et début janvier.

Devenus majoritaires en Afrique du Sud, puis au Portugal, ils y ont provoqué de nouvelles vagues de l'épidémie. En Europe, BA.4 et BA.5 gagnent ainsi rapidement du terrain en France où ils devraient finir par supplanter BA.2, dominant depuis le début de l'année, ainsi qu'au Royaume-Uni ou en Allemagne. Parmi les sous-variants identifiés, BA.3 ne s'est jamais implanté.

 

Plus contagieux... 

Les deux sous-variants semblent se propager encore plus vite que de précédents membres de la lignée Omicron. 

"BA.4 et BA.5 peuvent se propager à la faveur du vieillissement de notre immunité, et le font plus rapidement que BA.2 car ils bénéficient d'un double avantage de contagiosité et d'échappement immunitaire", explique Mircea T. Sofonea, maître de conférences en épidémiologie à l'université de Montpellier.

... mais pas plus sévères

Jusqu'alors, il n'y a pas de signal d'une sévérité accrue de BA.4 ou BA.5 comparé aux autres lignées d'Omicron, selon plusieurs scientifiques. Mais "il est encore trop tôt pour le mesurer correctement", nuance Mircea T. Sofonea.

Les observations de l'Afrique du Sud et du Portugal font, pour l'instant, pencher certains observateurs pour un optimisme raisonné sur les risques accrus d'hospitalisations et de décès.

 

"La vague BA.4/5 en Afrique du Sud ne s'est pas traduite par de nombreuses hospitalisations et décès en raison de l'immunité élevée de la population", a ainsi tweeté mardi Tulio de Oliveira, virologue à l'université du Kwazulu-Natal en Afrique du Sud, dont l'équipe avait annoncé, à l'automne 2021, la découverte d'Omicron. "Bien sûr, nous ne connaissons pas les effets à long terme..."

Au Portugal, où la population est plus vaccinée mais aussi plus âgée, les hospitalisations sont cependant montées quasiment au niveau de la précédente vague.

A la différence d'autres pays, notamment en Europe, l'Afrique du Sud et le Portugal n'avaient pas subi auparavant de vague portée par BA.2.

Avoir traversé une vague BA.2 "pourrait conférer une meilleure protection contre BA.4 et BA.5", "génétiquement plus proches" de lui, jugeait Santé Publique France courant mai. Mais cela reste à confirmer.

Dans tous les cas, le bouclier immunitaire s'érode avec le temps. "Si la protection conférée par une infection Omicron ou une troisième dose de vaccin reste notable après cinq mois vis-à-vis d'une forme grave, elle est très diminuée vis-à-vis d'une infection quelconque", souligne l'épidémiologiste de Montpellier.

Pour les plus vulnérables, une quatrième dose de vaccin est déjà recommandée dans plusieurs pays, sans attendre l'automne.

S'il n'est plus obligatoire, le port du masque en intérieur dans certains cas reste aussi conseillé par plusieurs scientifiques, tout comme l'aération.

 

Cordialement

Offre numérique MM+

Posez votre question à la rédaction
Grands projets, enjeux locaux, coronavirus, travaux, politique, économie…
Posez toutes vos questions à nos journalistes. Et retrouvez leurs réponses dans la rubrique dédiée

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.