Rubriques




Se connecter à

Les femmes enceintes doivent-elles se faire vacciner? Un gynécologue répond

Pour le docteur Nicolas Fontanarosa, gynécologue obstétricien à l’hôpital de Grasse, il n’y a aucun doute: elles ont tout intérêt à le faire. Il explique pourquoi.

Propos recueillis par Maxime Rovello Publié le 16/08/2021 à 06:40, mis à jour le 16/08/2021 à 06:42
Le docteur Nicolas Fontanarosa est pleinement mobilisé au cœur de la quatrième vague de l’épidémie. Il a observé de nombreux cas de forme grave du Covid chez les femmes enceintes. Ce qui peut mettre en grand danger le bébé. Centre hospitalier de Grasse

Après avoir vécu les trois premières, il est de nouveau mobilisé pour la quatrième vague de la crise sanitaire au sein de l’hôpital de Grasse. Et le docteur Nicolas Fontanarosa l’admet sans détour: "Celle-ci est d’une ampleur inédite. Elle l’est aussi en pédiatrie." S’il ne l’oblige aucunement, le praticien recommande aux femmes enceintes de se faire vacciner pour plusieurs raisons de santé qu’il livre à Nice-Matin.

Se faire vacciner quand on est une femme enceinte présente-t-il un danger?

Absolument pas. Il faut toujours en discuter avec la patiente. Ici, les avantages sont énormes. On réduit le risque de contracter le virus et donc les risques de problèmes respiratoires aux 2e et 3e trimestres. C’est-à-dire au moment où les poumons sont le plus comprimés par le bébé. On dénombre de trop nombreuses hospitalisations de patientes en fin de grossesse, pour détresse respiratoire. Sur le versant fœtal, quelques études démontrent qu’en cas de Covid durant la grossesse, le risque de mortalité périnatale augmente. Que ce soit in utero ou dans les semaines qui suivent la naissance. Lorsqu’une patiente fait une forme grave de Covid au moment du 3e trimestre, l’équipe médicale peut décider de provoquer l’accouchement pour sauver la maman et l’enfant. Et la prématurité entraîne des complications spécifiques. En proposant la vaccination aux femmes enceintes, nous cherchons à éviter toutes les complications maternelles et néonatales.

 

En ce qui concerne des risques, le chercheur Steve Pascolo a rapporté que le vaccin contre la Covid se base sur le même mécanisme d’action que le vaccin ROR (rougeole-oreillons-rubéole). Celui-ci est connu, on a du recul dessus. Il y a plusieurs registres, dont le " V-safe " aux États-Unis, qui donnent des données très rassurantes sur l’innocuité du vaccin à tous les trimestres de grossesse. Nous avons d’autres données en Angleterre, en Israël… Le registre français est en cours d’élaboration mais il y a vraiment une pharmacovigilance. Il n’y a eu aucune réaction grave au vaccin chez la femme enceinte, sinon l’Agence européenne aurait déjà tout bloqué.

Et pour le bébé?

Il est important de rassurer les patientes sur le fait que le vaccin n’augmente pas le risque de fausse couche spontanée, ni le risque de malformation congénitale. La vaccination est intéressante car elle permet à la patiente de produire des anticorps qui vont traverser la barrière placentaire et qui vont circuler chez le fœtus, comme les autres anticorps. Par ce biais, la patiente va conférer une immunité à l’enfant à venir. De plus, si la patiente souhaite allaiter, les anticorps sont présents dans le lait, comme les autres anticorps pour beaucoup d’infections. Le bébé bénéficie une nouvelle fois d’une immunité. C’est clairement démontré par des études.

Y a-t-il un vaccin privilégié?

 

Non. Pfizer ou Moderna, les deux conviennent. Pour rappel, le Pfizer, c’est deux injections à 21 jours de distance ; le Moderna, c’est deux injections à 28 jours de distance. S’il y a un doute, il faut faire une sérologie.

Faut-il se faire vacciner en début de grossesse, ou plutôt vers la fin?

On peut vacciner les patientes à tout moment de la grossesse. En temps normal, il y a un risque de 15 % de faire une fausse couche au premier trimestre. Se faire vacciner ne change rien à ce taux.  Il faut bien expliquer cela pour qu’il n’y ait pas d’ambiguïté et qu’on n’attribue pas au vaccin ce risque-là.

Est-il vrai qu’être enceinte augmente le risque d’attraper la Covid? Et de développer une forme grave?

Oui très clairement, car il y a une diminution des défenses immunitaires durant la grossesse. C’est pourquoi beaucoup de femmes enceintes sont sujettes à des rhumes ou des infections urinaires durant la grossesse. Le fait qu’aux 2 et 3e trimestres les femmes ont un peu plus de mal à respirer crée les conditions idéales pour que la Covid prolifère. Le bébé est dépendant de la respiration de la maman. Si elle ne respire pas convenablement, le bébé est moins bien oxygéné, et c’est le fœtus même qui est en danger.

 

La femme enceinte et vaccinée peut-elle développer des effets secondaires?

Non, on peut estimer que les effets secondaires sont superposables à ceux d’une femme qui n’est pas enceinte.

On imagine que beaucoup de patientes vous sollicitent en ce moment pour savoir si elles doivent se faire vacciner?

Effectivement, l’apparition du pass sanitaire a ravivé le débat. On passe beaucoup de temps en consultation à évoquer cette question. Ce que je retiens surtout, c’est qu’elles sont perdues face à la cacophonie ambiante. Il faut en parler, car beaucoup de patientes arrivent avec des idées fausses. C’est l’effet délétère des fake news relayées sur les réseaux sociaux. Beaucoup de patientes ne se vaccinent pas par conviction politique, renforcée par un sentiment anti-gouvernement et anti-institutions.

En résumé: "Je ne me fais pas vacciner car je suis contre la politique du gouvernement."​

Moi, je suis là pour leur santé et celle de leur entourage. Je leur explique que la Covid ne fait pas de politique. Elle rend malade les gens de gauche comme de droite, mais surtout ceux qui ne se vaccinent pas. Les chiffres l’ont montré. Nous avons aussi beaucoup de témoignages de personnes qui regrettent de ne pas s’être fait vacciner avant.

 

Votre regard sur cette quatrième vague?

Elle est d’une ampleur inédite. Ça fait depuis mars 2020 que nous sommes mobilisés. On note avec la quatrième vague l’apparition de formes graves de Covid chez des femmes enceintes sans aucune comorbidité. Ce qui nous pousse à encourager la vaccination. Nos confrères américains, qui ont malheureusement de l’avance sur nous sur l’épidémie, nous mettent en garde sur les dangers de la Covid chez les enfants et les adolescents.  Il y a eu un cri du cœur d’un médecin de Lenval il y a peu [notre édition du 12 août Ndlr], je le rejoins complètement, il faut prendre conscience de cela.

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.