“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

"Les adultes sont aussi accros au portable que les jeunes, voire plus", confie un addictologue à des collégiens de Monaco

Mis à jour le 05/03/2020 à 21:04 Publié le 05/03/2020 à 20:30
Le Dr CUISIGNIEZ François-Charles.

Le Dr CUISIGNIEZ François-Charles. Cyril Dodergny

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

"Les adultes sont aussi accros au portable que les jeunes, voire plus", confie un addictologue à des collégiens de Monaco

Expert en addictologie chez les adolescents, François-Charles Cuisigniez est intervenu devant des élèves de 4e du collège FANB de Monaco, puis devant leurs enseignants, ce mercredi à Monaco. Des conférences organisées par Ascoma Jutheau Husson

Tout d’abord, c’est quoi être addict ?
C’est avant tout la perte de contrôle. C’est-à-dire que je continue à reproduire un comportement alors que je sais que c’est mauvais et que j’ai déjà tenté d’arrêter.


Y a-t-il une différence entre un adulte et un adolescent addict ?
Oui, car chez les ados il n’y a pas cette notion de nocivité. Ils ne prennent conscience des risques que bien plus tard. Je commence à consommer du cannabis vers 13 ans, je deviens addict 18 mois plus tard vers 15-16 ans sans voir les dangers. Ce n’est que vers 18-19 ans, une fois que leur vie a déjà été brisée, qu’ils réalisent la problématique.

"Un ado a besoin de faire des conneries"


La consommation addictive peut-elle s’expliquer par l’envie d’un adolescent d’enfreindre les règles ?
La transgression et l’expérimentation font partie de la construction d’un adolescent. Un ado a besoin de faire des conneries pour se construire, sans ça, quelque chose dans son développement va manquer. Le rôle du parent est de tolérer l’expérimentation, mais d’être plus ferme quand la consommation devient nocive.


De quel œil voyez-vous l’addiction aux écrans ?
Dans l’addiction aux écrans il y a plein de sous-catégories. L’addiction au téléphone portable par exemple. Les enfants sont accros à l’écran mais aussi au produit. C’est compliqué car c’est la première fois de l’ère moderne qu’une génération de parents doit gérer un phénomène omniprésent dans la vie de leurs enfants, qu’eux n’ont pas connus au même âge. Il faut s’adapter…

"Apple, via les écrans tactiles,
a donné un côté affectif, presque régressif au téléphone"


Sont-ils trop présents dans nos vies ?
Oui, car qu’on le veuille ou non, les portables font partie de nos vies. Les adultes sont tout aussi accros au portable que les jeunes voire parfois plus. C’est devenu un tel vecteur social qu’on ne peut plus s’en passer.


Ils nous suivent même jusqu’au lit désormais…
C’est là qu’Apple à tout compris. Ils sont parvenus, via les écrans tactiles, à donner un côté affectif, presque régressif au téléphone. Le contact tactile est presque devenu le même que celui que vous faisiez à un doudou. Et un doudou nous suit la nuit dans le lit oui…

LIRE AUSSI. Confrontés à la dure réalité des addictions, les élèves et enseignants de FANB se confient à Monaco


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.