Le variant Delta est-il devenu majoritaire dans les Alpes-Maritimes?

B.G. Publié le 05/07/2021 à 16:17, mis à jour le 05/07/2021 à 16:18
Dans les Alpes-Maritimes, le variant Delta est à l'origine de 3 contaminations sur 4. Photo AFP

Question de Aurore

Le variant Delta est-il devenu majoritaire dans les Alpes-Maritimes?

Bonjour Aurore, 

Apparu pour la première fois en octobre 2020 en Inde, le variant dit "Delta", plus contagieux que les autres mutations du virus, gagne du terrain rapidement. 

Les premiers cas ont été décelés en France dans le courant du mois d'avril. En moins de trois mois, il a beaucoup progressé pour représenter, au 1er juillet (date des dernières données disponibles), plus d'un tiers des tests PCR positifs et envoyés au "criblage" (technique de laboratoire permettant d'identifier les mutations).

Dans les Alpes-Maritimes, le chiffre est bien plus impressionnant: le variant Delta est à l'origine de 3 contaminations sur 4.

 

Selon les chiffres publiés par Santé publique France sur sa plateforme Géodes pour la semaine du 25 juin au 1er juillet, 177 dépistages ont été envoyés au criblage, soit 55% de l'ensemble des tests pratiqués.

Résultat: 74,3% étaient positifs au variant Delta. Une progression impressionnante puisque, 15 jours plus tôt, la mutation L452R représentait moins de 14% des contaminations criblées.

Seuls 8 départements présentent à ce jour un taux plus élevé (Meuse, Landes, Somme, Haute-Savoie, Loir-et-Cher, Haute-Marne, Jura, Alpes-de-Haute-Provence).

S'il est trop tôt pour établir formellement un lien entre la (légère) hausse du taux d'incidence depuis une dizaine de jours et la progression du variant Delta, la concomitance laisse peu de place au doute... 

Bonne journée quand même!

Posez votre question à la rédaction
Grands projets, enjeux locaux, coronavirus, travaux, politique, économie…
Posez toutes vos questions à nos journalistes. Et retrouvez leurs réponses dans la rubrique dédiée

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.