“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Le port du masque en extérieur est-il vraiment efficace? Ce qu'en pense ce médecin hygiéniste

Mis à jour le 04/08/2020 à 14:37 Publié le 04/08/2020 à 14:38
"Plus les rues sont bondées, plus le risque augmente mathématiquement"

"Plus les rues sont bondées, plus le risque augmente mathématiquement" Photo Dylan Meiffret

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Le port du masque en extérieur est-il vraiment efficace? Ce qu'en pense ce médecin hygiéniste

Médecin hygiéniste à l’hôpital d’Hyères, le docteur Philippe Carenco n’a pas de réponse formelle à la question de l’utilité du port de masque en extérieur. Il fait le point.

Un intérêt moindre qu’en milieu confiné

"Ce que l’on peut dire, résume-t-il en se référant aux recommandations du Haut Conseil de la santé publique, c’est qu’en milieu extérieur, l’intérêt du masque est moindre qu’en milieu confiné, du fait de la diminution du risque de contamination par la dilution des supports du virus (gouttelettes de salive par exemple) dans un volume d’air plus important." 

Pour autant, le port du masque en extérieur n’est pas inutile, poursuit le médecin." Quand on est 5.000 personnes dans une rave party ou un concert, ou quand on se retrouve au coude à coude dans une rue bondée, les risques de transmission du virus augmentent mathématiquement. Plus l’espace est ouvert et moins il y a de monde, moins l’on court de risque. Plus l’espace est confiné et les gens nombreux, plus le risque est grand." 

Plusieurs paramètres à prendre en compte

"Il n’y a pas d’effet de seuil et les paramètres à prendre en compte pour évaluer le risque ne sont pas faciles à contrôler, reconnaît le médecin. Le risque est lié à la concentration de personnes dans un lieu donné, au flux d’émissions individuelles qui augmentent par exemple si les gens chantent et dansent… Il dépend également du volume d’air de l’espace de dilution et on peut aussi rajouter le flux d’air. S’il y a du mistral, le risque diminue…" 

Utile dans certaines circonstances

Philippe Carenco juge donc qu’on peut donc comprendre les consignes de port du masque en extérieur. "Dans certaines circonstances, ce n’est pas illogique. Mais on ne peut pas répondre simplement oui ou non à cette question. C’est parfois indispensable, parfois inutile. Et entre les deux, il y a un champ des possibles qui dépend du niveau de protection et de sécurité qu’on veut conférer à la population." 

Une chose encore: "Le masque seul ne sera jamais la panacée. Il ne faut pas oublier que l’efficacité des gestes barrière dépend du respect de ce que j’appelle la règle des 3M: le masque, le mètre de distance, et les mains que l’on doit laver régulièrement avec du savon ou une solution hydroalcoolique."


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.