Rubriques




Se connecter à

Le gouvernement table sur "une diminution du nombre de cas" dans les prochains jours, annonce Véran

Le ministre de la Santé estime qu'il y a 4,5 millions de Français qui, "parce qu'ils ont été contaminés par le variant Omicron, ont acquis l'immunité qui leur permet de valider le pass vaccinal", sur le principe une injection = une infection.

La rédaction Publié le 12/01/2022 à 10:10, mis à jour le 12/01/2022 à 10:45
Olivier Véran, ministre de la Santé. Photo AFP

Invité de l'émission matinale de France Info ce mercredi matin du 12 janvier, le ministre de la Santé Olivier Véran a d'abord assuré que le variant Delta semblait diminué, "une bonne nouvelle" étant donné que ce dernier provoquait des formes plus graves qu'Omicron.

Concernant la circulation de ce dernier variant, très contagieux, le ministre et le gouvernement tablent sur une "diminution du nombre de contaminations" dans les jours à venir. Rappelons que selon Yazdan Yazdanpanah, infectiologue membre du conseil scientifique, elles se situeraient actuellement à 500.000 par jour en France, au-delà des chiffres officiels.

Les deux hommes s'accordent à dire que l'indicateur-clé du moment sont les hospitalisations. "Pour l'instant, la courbe des hospitalisations semble moins élevée que ce qu'elle aurait pu être, a dit Olivier Véran, ajoutant que le gouvernement surveillait en ce moment cette fameuse courbe "comme le lait sur le feu."  

Les primo-vaccinés de plus en plus nombreux

Le ministre de la Santé estime qu'il y a 4,5 millions de Français qui, "parce qu'ils ont été contaminés par le variant Omicron, ont acquis l'immunité qui leur permet de valider le pass vaccinal", sur le principe une injection = une infection. Il refuse d'organiser des files de vaccinés et de non-vaccinés devant les pharmacies. "Le taux d'immunité conféré par les contaminations et la vaccination est extrêmement élevé dans notre pays", a-t-il affirmé.

 

Concernant le futur de cette pandémie de Covid, "s'il n'y a pas de variant, il y aura une resucée mais pas de grosse vague", a-t-il promis, et la population française devra alors se cantonner un rappel annuel, "comme pour la grippe". "Lorsque l'urgence sanitaire ne sera plus une évidence, le pass vacinal disparaitra", a-t-il dit.

En revenant sur les propos polémiques du président Macron la semaine dernière, le ministre de la Santé a annoncé qu'"il y a clairement un effet depuis deux semaines sur les primo-vaccinés, et c'est tant mieux." 

commentaires

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.