“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Prise de rendez-vous en ligne, dossiers informatisés... le CHPG se donne quatre ...

Le conseiller de gouvernement-ministre Didier Gamerdinger et le secrétaire général Ludmilla Raconnat-le-Goff expliquent l'ordonnance souveraine qui accorde, dès le 1er janvier, plus de droits aux salariées de la commune et de l'État résidentes monégasques.

Un pas vers la fin des

Pourquoi est-il important de se faire dépister du cancer du sein

Quatre nouveaux cas de dengue signalés dans les Alpes-Maritimes

Voici pourquoi il faut éviter de trop se laver les mains

Le directeur du CHPG "laisse sa place à la jeunesse"

Mis à jour le 26/06/2018 à 09:08 Publié le 26/06/2018 à 08:31
Sportif accompli, Patrick Bini a reçu un maillot de l'ASM comme cadeau de départ.

Sportif accompli, Patrick Bini a reçu un maillot de l'ASM comme cadeau de départ. Photo Michael Alesi/Dir.Com.

Le directeur du CHPG "laisse sa place à la jeunesse"

Patrick Bini a passé le témoin à la jeune Monégasque Benoîte de Sevelinges, hier lors de son discours de départ à la retraite, assurant "partir avec le sentiment du devoir accompli"

À 66 ans, le directeur du CHPG Patrick Bini a confirmé, ce lundi, son choix d'un "changement de vie radical". Une retraite en famille sur Nice et sans entorses, prévient-il: "J'ai refusé toutes les propositions de maintien d'une activité professionnelle".

Fini les appels d'urgence à toute heure même si, dans un trait d'humour en guise de conclusion de ces adieux, le prince Albert II a lancé: "Merci de n'être pas loin si on a besoin de vous". Auparavant, le souverain avait remercié Patrick Bini pour "avoir contribué, non seulement au développement du CHPG, mais à celui de l'excellence de l'offre de santé en Principauté".

"Quand j'ai débuté, il n'y avait ni ordinateur, ni téléphone portable, ni IRM. Quand je suis arrivé au CHPG, il n'y avait pas de robot, ni même de colonne 3D", a rappelé Patrick Bini devant une assemblée d'institutionnels locaux et du pays voisin, de collègues, ami(e)s et proches.

En guise d'hommage, le conseiller de gouvernement-ministre de la Santé, Didier...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct