“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Le diocèse s'interroge sur le transhumanisme

Mis à jour le 13/01/2017 à 05:10 Publié le 13/01/2017 à 05:10
Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Le diocèse s'interroge sur le transhumanisme

L'ex-ministre de la Santé, Jean-François Mattéi, le porte-parole de l'association française transhumaniste, Didier Cœurnelle, et le philosophe Jean-Michel Besnier étaient les invités du diocèse de Monaco mercredi soir pour débattre sur le transhumanisme.

L'ex-ministre de la Santé, Jean-François Mattéi, le porte-parole de l'association française transhumaniste, Didier Cœurnelle, et le philosophe Jean-Michel Besnier étaient les invités du diocèse de Monaco mercredi soir pour débattre sur le transhumanisme.

À l'Auditorium Rainier-III, les discussions ont été parfois animées entre 19 h 30 et plus de 22 heures, devant une centaine d'auditeurs, parmi lesquels Mgr Bernard Barsi. Mais ce n'est pas l'archevêque de Monaco qui a rendu le débat houleux ; le diocèse souhaitant plutôt encourager les courants de pensée les plus audacieux à s'exprimer librement.

D'ailleurs, le « pro-transhumaniste » Didier Cœurnelle et le philosophe Jean-Michel Besnier ne s'en sont pas cachés en fin de conversation. Ils sont « athées ». Et ce n'est pas le médiateur Louis de Courcy, ex-journaliste de La Croix qui a orienté les débats.

Dans ce cadre de libre discussion, Jean-François Mattéi a souligné que l'humanité d'aujourd'hui « est préoccupée par les mêmes grandes questions qu'à l'Antiquité », notamment sur l'immortalité. Il y voit donc « une permanence de l'homme. Les progrès scientifiques et technologies font que cette mythologie paraît atteignable. »

« Ils veulent en finir avec l'humain »

Mais l'ex-ministre de la Santé français ne veut pas y croire, tant pour des raisons médicales que des raisons éthiques ou philosophiques. « Je pense que le transhumanisme est une sorte de nihilisme. C'est un totalitarisme parce qu'il impose la loi de la technologie. » Chose que soutient Jean-Michel Besnier : « Les transhumanistes veulent en finir avec l'humain. Les transhumanistes ne sont pas progressistes. Ils veulent la rupture. »

Didier Cœurnelle, quant à lui, a plusieurs fois insisté sur « l'objectif des transhumanistes [qui] est de ne plus mourir de maladies liées au vieillissement. L'homme réparé, c'est celui qui pourrait vivre sans limitation de durée. La médecine a toujours eu comme objectif de faire vivre les gens plus longtemps. Nous sommes davantage dans un continuum qu'une rupture. »

Vivre éternellement plutôt que croire en la vie éternelle après la mort : une nouvelle croyance ?


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.