“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Le coronavirus circule-t-il plus dans l'air qu'on ne le pensait? Plus de 200 chercheurs alertent l'OMS

Mis à jour le 06/07/2020 à 18:39 Publié le 06/07/2020 à 18:28
Illustration.

Illustration. Photo AFP

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Le coronavirus circule-t-il plus dans l'air qu'on ne le pensait? Plus de 200 chercheurs alertent l'OMS

239 chercheurs de 32 pays alertent de la contagiosité du coronavirus dans l’air, dans une lettre ouverte à l'OMS.

Jusqu'alors, selon l'OMS, le virus se transmet principalement par de grosses gouttelettes qui retombent rapidement sur le sol de par leur poids. Mais pour 239 chercheurs de 32 pays différents, auteurs d'une lettre adressée à l'Organisation Mondiale de la Santé, le coronavirus se propagerait également via des petites gouttelettes émises lorsque l'on parle, mais aussi lorsque l'on respire ou transpire.

Et de surcroît lorsque la personne n'est pas protégée par un masque. Ces particules, plus légères que les autres, sont appelées "aérosols". 

Ces chercheurs demandent donc à l'OMS de revoir ses recommandations et de considérer l'hypothèse d'une transmission du virus dans l'air. 

Espaces clos et mal ventilés à éviter 

Dans une tribune publiée ce lundi dans le New York Times, ils soutiennent que ces particules peuvent se propager dans une pièce et contaminer les objets, ainsi que l'air. 

Cela ne signifie pas pour autant que le virus reste en suspension durant plusieurs heure. Mais toutefois, ces 239 scientifiques pointent du doigt les espaces clos, mal ventilés et surpeuplés qui favoriseraient la transmission du virus. 

Mais l'organisation n'est pas convaincue. "Au cours des deux derniers mois, nous avons déclaré à plusieurs reprises que nous considérions la transmission aéroportée comme possible, mais certainement pas étayée par des preuves solides ou même claires. Il y a un fort débat à ce sujet", a précisé le Dr Benedetta Allegranzi, responsable technique de l'OMS dans la lutte contre les infections relayée par le New York Times.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.