Rubriques




Se connecter à

Le Conseil national veut faire plus pour que la population se fasse vacciner contre la Covid-19 à Monaco

Lors de la première séance d’examen du budget primitif 2022, la situation sanitaire en Prinicipauté ainsi que la vaccination contre la Covid-19 ont été abordées avec Stéphane Valérie, le président du Conseil national de Monaco.

Julie Baudin Publié le 08/12/2021 à 11:58, mis à jour le 08/12/2021 à 12:03
Pour Stéphane Valéri (à gauche), il faut "expliquer les bienfaits du vaccin en luttant contre la désinformation qui peut circuler sur certains réseaux sociaux". Photo Conseil national

La crise sanitaire est un sujet qui vous préoccupe?
Oui, c’est le sujet qui préoccupe aujourd’hui le plus les Monégasques, les résidents et les salariés en Principauté. Monaco n’échappe pas à cette 5e vague, le taux d’incidence augmente aussi ici. Mais il ne faut cependant pas céder à la panique. Nous ne sommes pas dans la même situation que l’année dernière car nous avons des vaccins à notre disposition.

Aujourd’hui nous voyons bien que si le taux d’incidence augmente fortement, il n’est pas suivi par la même augmentation du taux d’hospitalisation et encore moins par le taux d’occupation des services de réanimation. Donc ne cédons pas à la panique. C’est d’ailleurs la démonstration que les vaccins nous protègent. C’est la grosse différence par rapport à il y a un an. Mais nous devons continuer à être vigilant et évidemment développer encore la vaccination. Car le vaccin est évidemment la solution la plus efficace, même si elle n’est pas parfaite.

Estimez-vous que la Principauté a encore des efforts à faire sur la vaccination?
Notre taux de vaccination est d’environ 65%. Même s’il est certainement un peu sous-estimé - il y a sans doute quelques pourcents de résidents d’origine étrangère qui ont été vaccinés dans leur pays d’origine - il n’est pas satisfaisant car il reste inférieur à celui des autres pays européens qui sont plus en avance comme la France qui est aujourd’hui à 85%. Donc, oui, nous sommes en retard.

Ce que nous devons faire? Je l’ai proposé lundi soir en séance publique au gouvernement: il faut mettre le paquet sur une campagne de sensibilisation et de communication expliquant les bienfaits du vaccin et luttant contre la désinformation qui peut circuler sur certains réseaux sociaux. Le gouvernement a fait une très belle campagne que nous avons soutenue pour sensibiliser contre la violence faites aux femmes, une campagne d’affichage et de vidéos sur plusieurs supports en Principauté. Il faut faire la même chose. Maintenant. Rapidement pour faire de la pédagogie.

 

Le Conseil national est clairement pour la vaccination par le choix. Il faut simplement convaincre davantage que c’est le choix de la raison. Tous ceux qui n’ont pas encore fait ce choix - et que nous ne devons pas diaboliser - pourraient être convaincus, j’en suis persuadé, par de la pédagogie. À mon sens, nous n’avons pas encore fait tout ce qu’il fallait sur cette campagne. Et nous ne sommes pas pour la contrainte, c’est aussi par cela que nous préserverons l’unité de notre communauté.

La France envisage d’ouvrir la vaccination à tous les enfants à partir de 5 ans. On sait que les enfants sont vecteurs de transmission du virus. Quelle est à ce sujet votre position?
En ce qui concerne les enfants, je voudrais d’abord évoquer le port du masque. Nous sommes au Conseil national des femmes et des hommes responsables. Alors évidemment quand il y a une très forte augmentation du taux d’incidence, on comprend qu’il faut prendre toutes les mesures de précautions dans les écoles, comme le port du masque, sans cela, elles fermeraient, ce qui serait la pire des choses.

Donc actuellement, bien sûr qu’on comprend que le port du masque à l’école est indispensable. Mais quand le taux d’incidence est à la baisse, et ça a été le cas il y a plusieurs semaines à Monaco, il faut aussi pouvoir assouplir les mesures. Ce que nous avons pu reprocher au gouvernement c’est effectivement de ne pas être assez réactif aussi dans ce sens. Dès que la situation le permettra de nouveau, sans doute au printemps, nous demanderons la suppression du masque à l’école pour les enfants.

Concernant la vaccination des enfants, je constate aujourd’hui que les avis sont partagés dans la communauté scientifique. Alors je pense que la prudence doit entourer ce type décision. Le jour où les scientifiques diront que la vaccination est utile pour les enfants, je pense que la décision devra, quoi qu’il en soit, revenir aux parents.

commentaires

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.