“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Le changement d'heure a-t-il vraiment des conséquences sur l'organisme? La réponse d'un chercheur azuréen

Mis à jour le 27/10/2018 à 14:08 Publié le 27/10/2018 à 14:15
Le changement d'heure est-il vraiment aussi nuisible qu'on le croit pour la santé?

Le changement d'heure est-il vraiment aussi nuisible qu'on le croit pour la santé? Photo AFP

Le changement d'heure a-t-il vraiment des conséquences sur l'organisme? La réponse d'un chercheur azuréen

Le passage à l'heure d'été ou d'hiver est-il vraiment à l'origine d'un stress supplémentaire voire d'une augmentation des accidents de la route?

Professeur de physiologie animale à l'institut de biologie Valrose (iBV), à Nice, Franck Delaunay (CNRS - Inserm - UNS) est formel: "Il n'y a pas de véritable conséquence au changement d'heure ou à son abolition, promise par l'Union européenne, sur notre organisme."

Et pour cause: "Nous possédons un système de remise à l'heure. Et cette horloge biologique est robuste. En fait, après un changement d'heure, une seule journée suffit à se réadapter." 

Le métronome de l'organisme

L'horloge biologique, c'est un système de coordination temporelle de l'organisme, un mécanisme présent à l'échelle cellulaire. C'est elle qui nous fait dormir la nuit ou manger trois fois par jour. 

Franck Delaunay explique le processus en jeu: "Dans notre cerveau, il y a ce que l'on appelle des neurones-horloge. Par les yeux, ces neurones reçoivent une information lumineuse. Selon la lumière, ils commandent des fonctions rythmiques de notre organisme, comme les sécrétions hormonales ou le métabolisme, et activent des gènes, des hormones, des signaux nerveux." 

Pour l'expert, "changer d'heure équivaut simplement à voyager deux fois par an dans un pays au fuseau horaire différent", comme l'Irlande ou l'Ukraine. Néanmoins, toutes les populations ne se resynchronisent pas aussi facilement. Alors quelles catégories sont les plus susceptibles?

TOUS égaux devant le changement d'heure?

"Les jeunes enfants et les adolescents n'ont pas la même chronobiologie que les adultes, reconnaît Franck Delaunay. Ils ont besoin de dormir davantage. Mais la possible abolition du changement d'heure ne viendrait retirer qu'une petite perturbation pour les jeunes." 

Dans le détail, la recherche ne permet pas d'affirmer que certaines catégories de population souffrent du changement d'heure plus que d'autres. Difficile de savoir également si les animaux sont plus affectés que les humains. "Des expériences sur les souris ont montré que les femelles se resynchronisaient plus rapidement que les mâles", nuance le chercheur. 

Alors quid des études évoquant pêle-mêle un stress plus important, des troubles de l'appétit ou de l'humeur, voire même une augmentation du nombre d'infarctus et d'accidents de la route dans la semaine suivant le passage à l'heure d'été? 

>> RELIRE. Bientôt la fin du changement d'heure? 

"UNE QUESTION DE SAISON, PAS DE CHANGEMENT D'HEURE" 

Franck Delaunay évoque des facteurs confondants: "Le changement d'heure n'a qu'un effet indirect. Si elle est avérée, une accidentalité plus forte peut s'expliquer seulement par la baisse de luminosité. Ce n'est qu'une question de saison, pas de changement d'heure." 


La suite du direct