Le Beausset se dote à son tour d’un centre Covid-19

Un nouveau centre a vu le jour hier. Il a pour objectif d’ausculter les patients de l’Ouest-Var qui ne peuvent pas se rendre chez leur médecin par crainte ou par obligation...

loris biondi Publié le 07/04/2020 à 20:01, mis à jour le 07/04/2020 à 20:12
Dans ce nouveau centre destiné à une large population, allant de Six-Fours à Saint-Cyr et dans l’arrière-pays de l’Ouest-Var, les patients ne sont reçus qu’après l’avis d’un médecin par téléconsultation. Photo Patrick Blanchard

Il était espéré par le personnel soignant du secteur et a été inauguré hier, en début de matinée. Le centre Covid-19 du Beausset, situé au Pôle Saint-Exupéry, est l’aboutissement d’un travail mené en partie par Michel Siffre, pharmacien et président de la CPTS Ouest-Var (Communauté professionnelle territoriale de santé.)

Face à la propagation du coronavirus en France et avant que le confinement soit décrété il y a maintenant trois semaines, il a rapidement milité pour un tel dispositif : « On en avait prévu deux à la base. Un à Sanary et un au Beausset. Mais à Sanary, on a vu le maire et finalement, le projet n’a pas abouti. Il était fermement opposé à une consultation présentielle avec un médecin. »

>>LIRE. Un labo privé pratique le dépistage du coronavirus en "drive in" à Sanary

Un lieu stratégique

C’est donc sur la seule commune du Beausset que l’établissement a été installé. Un lieu stratégique puisque la CPTS Ouest-Var couvre un territoire allant de Six-Fours à Saint-Cyr en remontant vers Riboux, La Cadière, Signes…

Un choix dont s’est réjoui le maire, Georges Ferrero, présent pour l’inauguration : « C’était important de pouvoir desservir un tas de petites communes qui n’ont pas d’emplacement comme celui-ci. »

La municipalité a d’ailleurs été très réactive aux besoins exigés par le personnel. Blouses de protection, masques, gants, gel… ont en effet été mis à disposition. De quoi satisfaire grandement Michel Siffre : « Au Beausset, on a été reçu à bras ouverts. Les locaux sont très adaptés à ce qu’on souhaitait faire. »

 

Un protocole bien établi et respecté


Le centre, qui ne sera ouvert pour l’instant que le matin, dispose d’un parcours sécurisé. Quand vous arrivez, vous êtes accueilli par un kinésithérapeute ou un podologue qui s’occupe du pôle administratif. Puis vous êtes amenés à vous rendre dans la salle de consultation médicale.

La docteure Sabine De Sanctis explique le bénéfice d’un centre tel que celui-ci : « Ça permet d’examiner les patients après que les médecins ont jugé par téléconsultation qu’il était judicieux de faire une auscultation. Ça nous permet de gérer les patients en ville correctement, sans avoir à recevoir dans son cabinet un patient malade, de tout nettoyer, de voir le suivant. Ça limite les files d’attente... »

Ici, pas de dépistage, mais si les symptômes du malade exigent un transfert d’urgence tout est prévu.

Un suivi mis en place

« Nous avons des protocoles rédigés avec le Samu, nous avons averti les pompiers, SOS médecins et les urgences hospitalières des différents établissements aux alentours. Nous avons également mis sur place un kit d’urgence avec de l’oxygène en cas de besoin », indique Angélique Palmerini, infirmière libérale et coordinatrice au CPTS.

Les patients sont également suivis grâce à une autre salle de consultation, ajoute l’infirmière : « Il y a un suivi qui s’opère, car le but ce n’est pas de les voir une fois et de les relâcher. »

 

Alors que les hôpitaux craignent une surcharge de patients, les médecins de ville sont, eux, relativement épargnés. Sabine De Sanctis conclut : « Aujourd’hui, les hôpitaux font le travail tout seuls, mais nous serons là si on a besoin de nous ! »

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.