“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

L'Allemagne va lever le 15 juin ses mises en garde sur les voyages touristiques en Europe

Mis à jour le 03/06/2020 à 17:51 Publié le 03/06/2020 à 17:50
Guéri du Covid-19, un Italien âgé de 56 ans, Paolo Bonacina, sort de l'hôpital après huit semaines de soins intensifs à Bochum dans l'Ouest de l'Allemagne, le 29 mai 2020

Guéri du Covid-19, un Italien âgé de 56 ans, Paolo Bonacina, sort de l'hôpital après huit semaines de soins intensifs à Bochum dans l'Ouest de l'Allemagne, le 29 mai 2020 AFP / Ina FASSBENDER

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

L'Allemagne va lever le 15 juin ses mises en garde sur les voyages touristiques en Europe

A quelques semaines des vacances d'été, le gouvernement allemand a décidé mercredi 3 juin de lever à partir du 15 ses mises en garde sur les voyages touristiques en Europe décrétées au plus fort de la pandémie de Covid-19.

"Le conseil des ministres a décidé de ne pas prolonger les avertissements sur les voyages" à destination de l'UE et des pays associés, pour "les remplacer par des recommandations" aux voyageurs, pays par pays, a déclaré Heiko Maas lors d'une conférence de presse à Berlin.

Une étape accueillie avec soulagement par le secteur: "il s'agit d'une décision importante et justifiée pour les voyageurs et pour l'économie touristique et ses centaines de milliers de salariés", a réagi le président de l'association allemande du voyage (DRV), Norbert Fiebig, soulignant que 70% des touristes allemands passaient d'ordinaire leur vacances estivales à l'étranger.

Le gouvernement ne s'est en revanche pas encore prononcé sur les destinations hors Europe, dans l'attente d'une décision de l'UE à ce sujet attendue la semaine prochaine.

Reprise progressive des vols

Le voyagiste TUI, très affecté par la crise, a de son côté annoncé qu'il affréterait un premier vol pour le Portugal dès le 17 juin, selon son directeur Marek Andryszak interrogé par "Business Insider".

Les destinations les plus importantes pour cette saison seront les Baléares, les îles Canaries, la Grèce, le Portugal et Chypre, a-t-il ajouté.

L'aéroport de Tegel, qui devait être mis au repos à la mi-juin, restera en activité pour accompagner la reprise du trafic aérien, a annoncé dans la foulée sa direction.

L'assouplissement des restrictions ne signifie néanmoins pas que tous les voyages seront possibles dès le 15 juin dans l'ensemble de l'Europe, a prévenu le ministre.

La Norvège prévoit ainsi de prolonger ses restrictions au-delà de cette date, et l'Espagne envisage d'accueillir de nouveau des touristes étrangers fin juin.

"Pas d'invitations aux voyages"

La première économie européenne avait mis en place le 17 mars des "mises en garde" aux voyages dans le monde, généralement réservées aux pays en guerre ou politiquement instables, dans l'objectif de ralentir la propagation du nouveau coronavirus.

Les déplacements étaient de toute façon très compliqués en raison de la quasi-paralysie de la flotte aérienne mondiale, du renforcement des contrôles aux frontières et de l'obligation faite aux voyageurs de rester deux semaines en quarantaine à leur arrivée.

Une telle mesure est d'ailleurs toujours en vigueur au Royaume-Uniu, a souligné M. Maas, si bien que le gouvernement va, dans sa recommandation pour ce pays, déconseiller de s'y rendre.

"Les recommandations (...) ne sont pas des invitations aux voyages", a insisté le ministre social-démocrate, demandant aux touristes allemands de bien peser leur décision avant de boucler leur valise. "Il faut éviter qu'une reprise du tourisme conduise à une deuxième vague d'infection".

Plusieurs critères

Pour rendre le tourisme européen possible, il faut que les pays remplissent plusieurs critères, détaille d'ailleurs le texte adopté par l'exécutif.

Le nombre de nouvelles infections doit ainsi, comme c'est le cas en Allemagne, rester inférieur à 50 cas pour 100.000 habitants sur sept jours, et des mesures de protection et d'hygiène doivent également être mises en place, peut-on lire, faute de quoi les restrictions pourraient être rétablies et les voyageurs bloqués en quarantaine dans leur lieu de villégiature.

Une perspective propre à décourager: "si je prends l'avion pour aller quelque part, j'ai peur de ne pas pouvoir revenir au cas où la situation s'aggrave", confie à l'AFP Regina, une Berlinoise d'une cinquantaine d'années.

Lors de la première vague de la pandémie, le gouvernement a rapatrié quelque 240.000 touristes surpris par la pandémie, une opération coûteuse qu'il n'entend pas répéter cet été, a dit M. Maas.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.