“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Soutenez l’info locale et Monaco-Matin > Abonnez-vous

L'accord sur les salaires à l'hôpital validé par une majorité de syndicats

Mis à jour le 10/07/2020 à 22:37 Publié le 10/07/2020 à 22:35
Lors d'une manifestation devant l'hôpital de Cannes le 30 juin dernier.

Lors d'une manifestation devant l'hôpital de Cannes le 30 juin dernier. Photo D. M

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

L'accord sur les salaires à l'hôpital validé par une majorité de syndicats

Vingt-quatre heures après l'annonce d'un accord sur les rémunérations des personnels hospitaliers, trois syndicats majoritaires ont donné leur feu vert vendredi à ce volet phare du "Ségur de la Santé", qui prévoit 7,5 milliards d'euros de revalorisations salariales.

Cet accord majoritaire, portant sur l'ensemble des personnels paramédicaux (infirmiers, aides-soignants) et non médicaux (agents techniques et administratifs), constitue une victoire pour le gouvernement, qui espère une décision similaire concernant un second protocole négocié avec les médecins hospitaliers.

Le ministre de la Santé Olivier Véran avait assuré jeudi vouloir un "accord majoritaire" pour l'entrée en vigueur de ce paquet de mesures, mis sur la table après sept semaines de tractations et une ultime séance de négociation marathon dans la nuit de mercredi à jeudi.

Trois syndicats ont décidé après discussion interne de valider le document: Force ouvrière (deuxième syndicat de la fonction publique hospitalière avec 24,7% des voix), la CFDT (24,1%) et l'Unsa (5,6%), permettant de franchir le seuil des 50% de représentativité.

Première à annoncer sa signature, la CFDT-Santé a salué dans un communiqué "un accord historique". "Il aura hélas fallu une pandémie mondiale pour que ces professionnels soient enfin reconnus" mais "une grande marche est franchie", a-t-elle estimé.

FO-Santé a indiqué de son côté avoir "reçu un mandat clair de ses instances pour valider le protocole", qualifié de "compromis acceptable", même s'il "ne saurait être le solde de tout compte". Cet accord "marque une certaine reconnaissance au personnel", a souligné de son côté l'Unsa.

Les deux autres syndicats représentatifs, SUD et la CGT, n'ont pas rendue publique leur décision à ce stade, mais ont fait savoir qu'elles étaient très réservées: avec quatre autres organisations, elles appellent à une "journée d'action nationale" le 14 juillet.

"Cette négociation annoncée comme étant celle du règlement des problèmes dans la santé, faite à grand renfort de tapage médiatique, s'est en fait avérée être une mascarade", a dénoncé la CGT, regrettant qu'une partie de l'enveloppe aille au secteur privé.

"Pas une fin" mais "un début"

Le protocole prévoit 20 mesures, dont une hausse de salaire de 183 euros net mensuels pour l'ensemble des "personnels des établissements hospitaliers et des Ehpad", avec une première revalorisation de 90 euros au 1er septembre et une autre de 93 euros au 1er mars 2021.

L'enveloppe - d'un montant total de 7,5 milliards d'euros - inclut également une "révision" des grilles de salaires pour certains métiers (infirmiers, manipulateurs radio...), permettant une rallonge de l'ordre de 35 euros net par mois en moyenne pour les agents concernés, selon le ministère.

De nouvelles majorations sont en outre envisagées pour les heures supplémentaires, ainsi que le travail de nuit, du dimanche et des jours fériés. Des "recrutements" sont enfin mentionnés mais les 15.000 postes évoqués par plusieurs participants ne figurent pas noir sur blanc.

"Un syndicaliste vous dira toujours qu'il aurait voulu plus" mais "il y a des moments où il faut conclure" et "c'est le moment de conclure" a souligné vendredi le secrétaire général de la CFDT Laurent Berger. C'est "un compromis qui a de l'allure", a abondé son homologue de Force ouvrière, Yves Veyrier.

Côté médecins, qui faisaient l'objet de négociations séparées, un accord majoritaire semblait également en vue vendredi soir, trois des cinq syndicats représentatifs (INPH, CMH, Snam-HP), pesant ensemble plus de 50%, étant disposés à signer un projet à 450 millions d'euros, selon des sources concordantes.

"On n'a pas eu tout ce qu'on voulait" mais "ce n'est pas une fin, c'est un début, qui doit amener d'autres chantiers, notamment sur la gouvernance" des hôpitaux, a souligné Rachel Bocher, présidente de l'Intersyndicat national des praticiens hospitaliers (INPH).

Le document, dont l'AFP a obtenu copie, comprend 16 mesures, dont une augmentation de la prime versée aux praticiens qui s'engagent à ne travailler que dans les hôpitaux publics, sans dépassement d'honoraires. Une "révision" des grilles de salaires est par ailleurs envisagée "à compter du 1er janvier 2021".

La signature officielle des protocoles d'accord devrait avoir lieu lundi, à Matignon, selon plusieurs sources. D'autres mesures, portant sur les autres volets du "Ségur de la santé" (investissement, gouvernance...), qui a pris fin vendredi, pourraient être annoncés dans la semaine.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.