“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

L'Académie de médecine conseille de ne pas rallonger le délai entre les deux doses de vaccins Covid-19

Mis à jour le 22/01/2021 à 15:25 Publié le 22/01/2021 à 15:06
Le vaccin contre la Covid-19 (illustration).

Le vaccin contre la Covid-19 (illustration). Photo saucisse25

Je découvre la nouvelle offre abonnés

L'Académie de médecine conseille de ne pas rallonger le délai entre les deux doses de vaccins Covid-19

Plusieurs organismes ont autorisé l'élargissement de la période de 21 jours entre les deux doses, délai recommandé par Pfizer/BioNTech. En France, le ministre de la Santé Olivier Véran a proposé jusqu'à 42 jours d'écart.

Pour accélérer la vaccination contre le Covid-19, faut-il espacer les doses ? C'est ce que font déjà certains pays, comme le Royaume-Uni qui a décidé de retarder l'injection de la deuxième dose de vaccin - en attendant jusqu'à 12 semaines après la première, contre initialement 21 jours. L'objectif est ainsi d'administrer la première dose au plus grand nombre de personnes, avant de passer à la deuxième dose.

La France devrait également faire ce pari: "Il est possible sans risque et sans perte d'efficacité de différer la deuxième injection du vaccin" Pfizer-BioNTech "jusqu'à six semaines au lieu de trois", a déclaré jeudi 7 janvier le ministre de la Santé Olivier Véran. Cela correspond à un avis de l'agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) mis en ligne le même jour. Même si les avantages sont certains, l'Académie nationale de médecine pointe également les risques dans un communiqué publié ce lundi

Doutes sur l'efficacité et risques potentiels

Tout d'abord, comme le rappelle l'Académie de médecine, le laboratoire BioNTech a prévenu le 5 janvier que l'efficacité maximale de son vaccin n'était pas démontrée si la deuxième injection est retardée.

Concernant les risques, l'institution écrit : "Dans le contexte actuel de recrudescence épidémique, c'est la persistance d'un taux d'immunité faible, voire insuffisant, pendant les semaines supplémentaires précédant la seconde injection qui doit être prise en considération."

Et elle avertit: "Au plan collectif, l'obtention d'une couverture vaccinale élargie, mais fragilisée par un faible niveau d'immunité, constituera un terrain favorable pour sélectionner l'émergence d'un ou de plusieurs variants échappant à l'immunité induite par la vaccination."

Privilégier le schéma initial

Par conséquent la position de l'Académie de médecine est claire : "se conformer autant que possible au schéma vaccinal prescrit par le fabricant", soit "21 jours pour Pfizer/BioNTech, 28 jours pour Moderna". Mais si les circonstances l'exigent (comme en cas de manque de doses disponibles, espacer les doses reste envisageable, à condition de ne pas "excéder un dépassement de 3 semaines".

Par contre, l'institution recommande "de réserver cet élargissement aux personnes âgées de moins de 50 ans et ne présentant aucun facteur de risque de forme grave de Covid-19".


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.