“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

"La vieillesse est une maladie": ce chercheur planche pour vous rendre la vie éternelle

Mis à jour le 18/12/2018 à 09:51 Publié le 18/12/2018 à 09:16

"La vieillesse est une maladie": ce chercheur planche pour vous rendre la vie éternelle

Chercheur britannique, Aubrey de Grey souhaite que vieillir ne rime plus avec mourir. Pour lui, le corps humain est une fantastique machine, qu’il suffit d’entretenir comme il faut pour tendre à une plus grande longévité. De passage à Monaco, il décrit les étapes menant à cette (r)évolution

Dans les événements comme Day One, consacrés à l’innovation, on rencontre parfois des personnages surprenants. Comme Aubrey de Grey. Ce biologiste britannique, aux allures de Raspoutine, est sérieusement convaincu que l’on peut vivre très, très, très longtemps. Installé en Californie, dans la baie de San Francisco, après avoir passé 25 ans à Cambridge, ce chercheur très sérieux considère que la vieillesse est une maladie, et que tout est question d’entretien. Nous avons assisté à une conférence privée, organisée par le mensuel anglophone Connexion.

Bienvenue dans un monde où vieillir n’est plus mortel.

Vous travaillez vraiment sur la vie éternelle?
C’est plutôt un des effets secondaires de mes recherches. Il faut regarder les choses en face: la plupart des gens meurent d’une maladie. Dans notre société occidentale moderne, en général, cette maladie, c’est la vieillesse. Cela arrive quand on est né il y a longtemps. Si l’on peut stopper les effets de cette maladie des gens qui sont nés il y a longtemps, alors ils vivront plus longtemps. Beaucoup plus longtemps. Jusqu’à ce qu’ils se fassent renverser par un camion, ou qu’un autre événement tragique de cet ordre ne leur...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct