Rubriques




Se connecter à

La sieste aurait des effets négatifs inattendus sur la santé, selon une récente étude

Les chercheurs ont analysé les données médicales de 500.000 adultes britanniques âgés de 40 à 69 ans.

La rédaction Publié le 02/08/2022 à 09:23, mis à jour le 02/08/2022 à 08:50
Une sieste (photo d'illustration). Photo Unsplash

Et si la sieste, ou tout au moins le fait de la "pratiquer" trop souvent, n'était pas aussi bonne pour la santé que ce qu'on pensait jusqu'ici?

Une équipe de chercheurs de l'Université Central South, en Chine, vient de publier, lundi 1er août dans la revue Hypertension, une étude qui lie les siestes trop fréquentes à un risque accru d'accidents vasculaires cérébraux et d'hypertension.

Les chercheurs ont analysé les données médicales de 500.000 adultes britanniques âgés de 40 à 69 ans. Il s'agissait de gros amateurs de siestes régulières, qui ont déclaré des insomnies la nuit, ainsi que des ronflements.

 

Or, on sait déjà que les apnées du sommeil, liées à ces derniers symptômes, sont déjà responsables de mini-arrêts cardiaques indétectables par les patients.

Le risque d'hypertension pour cette population déjà à risque (et qui fait donc de nombreuses siestes pour compenser les insomnies) est accru de 12%. Et +24% concernant les AVC.

En cause, donc, le manque de sommeil général, qui conduit à faire plus de siestes. "Un mauvais sommeil nocturne est associé à une moins bonne santé, et les siestes ne suffisent pas à compenser cela", a précisé Michael Grandner, psychologue clinicien.

Avant de faire des siestes intempestives, il faut donc, idéalement, analyser la qualité de son sommeil nocturne dans une clinique spécialisée ou chez son médecin. Le besoin de dormir pendant la journée vient peut-être d'un manque chronique de repos durant la nuit.

Offre numérique MM+

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.