“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Soutenez l’info locale et Monaco-Matin > Abonnez-vous

La principauté de Monaco est-elle plus touchée par le coronavirus que les Alpes-Maritimes ?

Mis à jour le 24/03/2020 à 11:20 Publié le 24/03/2020 à 11:04
Vingt-trois cas de Covid-19 ont été détectés à Monaco depuis le début de la crise.

Vingt-trois cas de Covid-19 ont été détectés à Monaco depuis le début de la crise. Photo Jean-François Ottonello

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

La principauté de Monaco est-elle plus touchée par le coronavirus que les Alpes-Maritimes ?

Proportionnellement au nombre d’habitants, la Principauté compte trois fois plus de personnes testées positives au coronavirus. Mais tous les patients ne sont pas résidents. On fait le point sur ce sujet épineux.

Quoi qu’on en dise ou qu’on en pense, la réalité statistique est là : proportionnellement au nombre d’habitants, il y a plus de cas de Covid-19 à Monaco que dans les Alpes-Maritimes. En Principauté, 0,06% des habitants (23 sur 40.000) ont été testés positifs au coronavirus, contre 0,02% dans le département voisin. Soit trois fois plus. Les chiffres sont têtus et peuvent difficilement être contestés.

Ce constat n’est pas totalement inattendu. Selon une source médicale française qui tient à rester anonyme, mais dont la connaissance de l’épidémie de coronavirus ne souffre aucune contestation, "Monaco était, dès le départ, un territoire menacé par l’afflux d’Italiens qui sont des résidents temporaires en Principauté, et qui ont probablement introduit le virus. Sur la Côte d’Azur, mes plus grosses inquiétudes portent très clairement sur Monaco".

Des joueurs milanais au casino

La présence à Monaco d’Italiens possédant une résidence secondaire n’est pas une vue de l’esprit. "Je viens de faire le tour de Fontvieille à pied et je n’ai croisé que des gens parlant italien", confie une Monégasque. Selon elle, nombre de ses compatriotes auraient d’ailleurs quitté le pays pour aller se réfugier en France, à la campagne.

Les croupiers de la SBM font le même constat: "Ils ont observé une vague de joueurs milanais à leurs tables de jeux, sans masque, la semaine précédant la fermeture des casinos", regrette un responsable syndical.

Selon nos sources, un membre du gouvernement se serait même ému, lors d’une réunion à huis clos il y a moins de deux semaines, de voir débarquer à Monaco des Italiens fortunés ayant bravé les mesures de confinement mises en place dans le pays voisin pour venir se réfugier à Monaco et sur la Côte d’Azur…

L’idée n’est évidemment pas, ici, de jeter l’opprobre sur une communauté mais de s’interroger sur l’origine géographique de ces Italiens, surtout s’ils proviennent d’une zone à risque comme la Lombardie. Pour mémoire, le premier cas positif détecté à Monaco était un Britannique de 27 ans qui revenait d’un séjour à Milan.

Dans un petit pays à forte densité comme la Principauté, la présence du virus a alors des chances de se propager rapidement, notamment dans les "immeubles avec des ascenseurs et ces boutons que l’on touche sans forcément s’être lavé les mains", explique ce médecin hospitalier français, qui ajoute: "La densité est clairement un facteur de risque. Monaco est un tout petit territoire où vivent beaucoup de gens."

"Pas un seul Italien positif"

Du côté du gouvernement princier, on cherche à relativiser les chiffres bruts, à ne pas pointer du doigt la communauté italienne, et encore moins à laisser dire que Monaco serait un cluster de l’épidémie de coronavirus sur la Côte d’Azur. Pour cela, on apporte trois arguments.

Un, "il n’y a pas un seul Italien parmi les 23 cas positifs", assure le gouvernement.

Deux, "on réalise plus de dépistages à Monaco qu’ailleurs, au cours des enquêtes épidémiologiques" - et donc, la proportion de détecter des cas positifs grandirait d’autant.

Trois, près d’un quart des 23 patients ne seraient pas des résidents mais des salariés français vivant de l’autre côté de la frontière.

Le prince et le ministre d'état vont bien

Secret médical oblige, on n’en saura pas plus sur ces 23 cas de coronavirus détectés à Monaco. On connaît toutefois les plus célèbres d’entre eux: le prince Albert II et Serge Telle, le chef du gouvernement.

Le premier n’avait hier qu’une "légère fièvre et une toux mesurée", selon une source qui ajoute que le souverain "s’est promené dans le jardin du Palais, dimanche", histoire de s’oxygéner et se dégourdir les jambes.

Quant au Ministre d’État, il n’a plus aucun symptôme mais reste confiné par mesure de précaution.

Aucun des deux n’a été soigné à la chloroquine.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.